Espagne : les suites de l'accident ferroviaire

a revoir

Présenté parNathanaël de Rincquesen

Diffusé le 26/07/2013Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Bonjour et bienvenue dans cette édition du 13H : Recueillement en Espagne pour cette première journée de deuil national. Le conducteur du train accidenté va être interrogé aujourd'hui. Le point sur l'enquête avec Fanny Lothaire et Franck Genauzeau, envoyés spéciaux à Saint-Jacques-de-Compostelle.

La France coupée en deux par la météo : orages sur le Nord et l'Ouest, grosse chaleur sur le Sud et l'Est. Le dernier week-end de juillet s'annonce particulièrement chargé sur les routes mais aussi dans les gares et les aéroports. Nos envoyés spéciaux vous diront comment préparer votre voyage.

Paul, 4 ans, veut devenir berger, comme son père et son grand-père. Il se débrouille déjà très bien à la tête du troupeau de brebis. Après le fracas et l'effroi, le deuil et le recueillement. Plusieurs familles restent dans l'incertitude depuis mercredi soir. Malgré le travail des Iégistes, une dizaine de corps n'ont pas pu être identifiés. Reportage à l'hôpital.

24 h après l'accident, les larmes ne tarrissent pas. Au centre de crise, les proches des victimes viennent chercher un peu de réconfort. Les autorités devaient annoncer hier soir la liste définitive des morts, mais plusieurs corps n'ont pas encore été identifies.

On n'a pas de nouvelles, on ne sait rien.

Toujours pas.

En attendant les résultats des derniers tests ADN, l'attente, insoutenable, se prolonge de quelques heures.

Mon frère avait pris le train pour me faire une surprise. Il vit à Madrid et il monté dans ce train. Je n'étais pas au courant. On ignore s'il est mort, ou s'il est blessé, dans un hôpital.

Hier, une femme grièvement blessée, a été reconnue grâce à son alliance, plus de 15 h après l'accident. Mais désormais, il n'y a plus guère que des cadavres à identifier.

Il n'y a pas grand-chose à expliquer.

Vous cherchez toujours quelqu'un.

Non, nous l'avons trouvé. Pour nous, c'est fini.

Une chapelle ardente a été installée dans un gymnase. Les familles, entourées de psychologues et de médecins, viennent confirmer l'identité des victimes. Cet homme est venu reconnaître des amis.

Ce couple marié a pris ce train pour venir passer ses vacances ici.

Des instants très difficiles pour les proches des 80 personnes décédées dans l'accident.

Bonjour Fanny Lothaire, vous êtes en direct de St-Jacques-de-Compostelle. Comme dans toute l'Espagne, il règne un profond sentiment de tristesse.

Fanny Lothaire : C'est tout un pays, et tout unquartier aussi, qui est en deuil. Ici il y a de moins en moins de policiers, de pompiers, presque tous les wagons ont été évacués. Un homme me disait : nous commençons à peine à réaliser. Dans les rues de Saint.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==