VIDEO. Pour Michèle Alliot-Marie, "les primaires sont contraires à l'esprit des institutions"

L'eurodéputée, candidate à l'élection présidentielle de 2017, a refusé de se soumettre à la primaire de la droite.

FRANCEINFO

Michèle Alliot-Marie, qui s'est déclarée candidate à l'élection présidentielle de 2017 sans passer par la primaire de la droite, persiste et signe. "Je ne contourne pas ma famille politique, je suis dans la logique des institutions. Les primaires, et je l'ai dit depuis le début, sont contraires à l'esprit des institutions", a-t-elle déclaré sur franceinfo, samedi 17 décembre. 

"Aujourd'hui, avec les primaires, nous voyons que les partis politiques veulent en quelque sorte préempter le choix qu'on a voulu donner aux Français et dire qui peut ou qui ne peut pas se présenter", a ajouté Michèle Alliot-Marie pour expliquer son point de vue.

"J'ai un certain nombre de convictions pour la France"

Interrogée sur les conséquences que sa candidature pourrait avoir sur la campagne de François Fillon, candidat issu de la primaire de la droite et du centre, Michèle Alliot-Marie a répondu : "Il ne s'agit pas d'aider ou de ne pas aider François Fillon". "J'ai un certain nombre de convictions pour la France, une vision pour le pays et j'entends, comme je l'ai dit d'ailleurs, depuis de nombreux mois, participer à l'élection présidentielle", a-t-elle ajouté.

Michèle Alliot-Marie le 23 juin 2016 à Bruxelles (Belgique).
Michèle Alliot-Marie le 23 juin 2016 à Bruxelles (Belgique). (JOHN THYS / AFP)