Municipales : la sécurité et la propreté jugées déterminantes pour le vote, selon un sondage

En tête des préoccupations des électeurs français, ces deux sujets sont suivis par la lutte contre la pollution et le dérèglement climatique.

Des policiers municipaux, le 4 février 2020 à Gouesnou (Finistère).
Des policiers municipaux, le 4 février 2020 à Gouesnou (Finistère). (FRED TANNEAU / AFP)

La sécurité des biens et des personnes (68%) arrive largement en tête des enjeux dont les Français disent qu'ils joueront un rôle déterminant au moment de leur vote aux élections municipales, devant la propreté et l'entretien de la ville (61%), selon un sondage Ifop publié dimanche 8 mars dans le Journal du Dimanche, à une semaine du premier tour.

Les enjeux écologiques suivent, avec la lutte contre la pollution (57%) et l'environnement et la lutte contre le dérèglement climatique, dont un Français sur deux (52%) affirme qu'ils seront déterminants dans leur vote des 15 et 22 mars, selon cette étude. Pour 38%, ces deux thèmes – la lutte contre la pollution et contre le dérèglement climatique – sont "importants, mais pas déterminants".

48% des sondés souhaitent la victoire d'EELV

Près d'un Français interrogé sur deux (48%) souhaite qu'une liste Europe Ecologie-Les Verts remporte les municipales dans sa commune, contre une courte majorité (52%) d'un avis contraire. Le potentiel électoral est du même ordre : 46% pourraient voter certainement (10%) ou probablement (36%) pour une liste EELV aux municipales, contre 52% d'un avis contraire.

Plus de six Français sur dix (65%) pensent que les candidats d'EELV peuvent améliorer la situation de leur commune en matière d'environnement mais 61% estiment qu'ils proposent des "solutions et programmes peu réalistes". Une majorité (57%) les considèrent proches de leurs préoccupations et estiment qu'ils "incarnent le renouvellement" (56%). Toutefois, une moitié (51%) juge les candidats EELV "sectaires".

Enquête réalisée en ligne les 5 et 6 mars auprès de 1 008 personnes de 18 ans et plus, vivant dans une commune de 10 000 habitants ou plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.