Cet article date de plus de quatre ans.

Sénatoriales : Larcher triomphe, Rossignol et Longuet réélus... Les poids lourds s'en sortent bien

La majorité des candidats à la notoriété établie ont été élus ou réélus facilement lors des élections sénatoriales, dimanche. Au contraire, les candidats LREM peu connus ont été souvent battus.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le président du Sénat, Gérard Larcher, le 7 juin 2017 à Paris. (MAXPPP)

Le renouvellement du personnel politique n'est pas arrivé au Sénat aussi vite qu'à l'Assemblée nationale. Lors des élections sénatoriales, dimanche 24 septembre,  plusieurs personnalités de gauche comme de droite sont parvenus à se faire réélire. Une prime aux sortants ou aux personnalités connues qui a pénalisé à l'inverse le groupe La République en marche.

>> Sénatoriales : retrouvez réactions et analyses dans notre direct

A droite

Le président sortant du Sénat, Gérard Larcher (LR), a le sourire. Non seulement, il est parvenu à se faire réélire facilement dans les Yvelines, en écartant notamment le dissident Jacques Myard. Mais il a également désormais une voie royale pour se faire réélire à la présidence du Sénat devant l'absence de candidat sérieux .

Les autres figures de son groupe se sont également bien comportés. Roger Karoutchi a été réélu dans les Hauts-de-Seine, tout comme Gérard Longuet dans la Meuse. L'ancien ministre de la Jeunesse Marc-Philippe Daubresse fait son entrée au Sénat grâce à son élection dans le Nord. L'ancien ministre délégué à la Ville, Eric Raoult, a, pour sa part, été balayé en Seine-Saint-Denis. 

A gauche

Symbole pour les communistes qui sont parvenus à sauver leur groupe, Pierre Laurent (le secrétaire national du PCF) a été réélu à Paris. Esther Benbassa (EELV) retourne également au palais du Luxembourg, grâce à son élection à Paris.

Du côté du PS, plusieurs anciens membres du gouvernement ont été réélus : l'ancien secrétaire d'Etat André Vallini dans l'Isère, l'ancienne ministre des familles Laurence Rossignol dans l'Oise, l'ancien ministre des Sports Patrick Kanner dans le Nord et l'ancienne ministre Hélène Conway-Mouret représentera les Français de l'étranger. Du côté des frondeurs, Marie-Noëlle Lienemann a également été réélue à Paris. En revanche, l'ancien député Laurent Baumel a été battu en Indre-et-Loire.

Au centre

Jacqueline Gourault (MoDem), ministre auprès du ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a été réélue dès le premier tour dans le Loir-et-Cher. Il s'agissait de la seule ministre du gouvernement qui avait une véritablement chance lors de ces sénatoriales, puisque Gérald Darmanin se trouvait en position non éligible sur une liste LREM.

L'ancien ministre de la Défense socialiste Alain Richard a été réélu sur une liste LREM dans le Val-d'Oise. Et la sénatrice Valérie Létard a été réélue dans le Nord.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sénatoriales

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.