Régionales : Non, Marine Le Pen n'a pas dit que la charia remplacerait la Constitution si le FN perd l'élection

Un tweet de la présidente du Front national, isolé de son contexte, a été mal interprété.

La présidente du Front national, Marine Le Pen, le 2 décembre 2015 à Nîmes (Gard).
La présidente du Front national, Marine Le Pen, le 2 décembre 2015 à Nîmes (Gard). (PASCAL GUYOT / AFP)

"Si nous perdons, le voile sera imposé à toutes les femmes, la charia remplacera notre Constitution, la barbarie s'installera". Cette phrase de Marine Le Pen, tweetée par ses équipes alors qu'elle prononçait un discours à Nîmes (Gard), a fait réagir mercredi 2 décembre. Beaucoup, comme Jean-Luc Mélenchon, ont pensé que la présidente du Front national parlait des conséquences d'une défaite de son parti aux élections régionales.

Mais Marine Le Pen n'a pas vraiment dit ça. Comme le montre le message précédent, cette phrase s'inscrivait dans un propos plus large, sur une supposée guerre qui serait engagée contre "le totalitarisme islamiste".