Sanctions contre la Russie : "Les Français vont le payer au prix fort", estime Nicolas Bay

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le vice-président du parti d'Eric Zemmour, Reconquête!, a dénoncé sur franceinfo les sanctions économiques prises par l'Union européenne et les Etats-Unis.

"Qui va être victime de ces sanctions ? Ce sont les Français", a estimé ce samedi sur franceinfo Nicolas Bay, député européen et vice-président exécutif du parti Reconquête! d'Éric Zemmour, concernant les sanctions françaises et européennes contre la Russie. "On est largement des dégâts collatéraux dans tout ça. L'explosion des matières premières, c'est les Français directement, dans leur quotidien, qui vont le payer au prix fort", a-t-il poursuivi. Nicolas Bay a par ailleurs dénoncé "les sanctions économiques prononcées depuis 2014 contre la Russie" qui "ont déjà pénalisé notre agriculture", sans "aucune efficacité".

Nicolas Bay "pas sûr" que le gouvernement crée les conditions de la désescalade

"Nous priver des approvisionnements de gaz et de pétrole russes serait un coup terrible pour le pouvoir d'achat des Français et encore plus pour celui de nos voisins allemands", a-t-il déclaré, concernant l'éventualité d'un embargo sur les importations russes. Selon lui, la France "aurait surtout intérêt à développer ses propres capacités énergétiques et à arrêter de faire la guerre au nucléaire". Celui qui a quitté Marine Le Pen pour rejoindre la campagne d'Éric Zemmour a rappelé que la première mesure écologique de son candidat à la présidentielle, s'il est élu, sera de renouveler le parc nucléaire français et construire des réacteurs supplémentaires.

Nicolas Bay a également pointé du doigt les livraisons d'armes françaises en Ukraine : "Quand vous avez Bruno Le Maire qui dit qu'on va faire la guerre à l'économie russe, que vous avez des démarches bellicistes qui consistent à dire on va aller livrer des armes à l'Ukraine, je ne suis pas sûr que cela crée les conditions de la désescalade". S'il trouve "normal" que l'Ukraine se défende, Nicolas Bay a estimé que lui fournir des armes, c'est se mettre en situation de "devenir des cobelligérants".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.