Présidentielle : "L’Outre-mer est un réservoir de voix qui n’est pas négligeable"

Au moment où Benoît Hamon est en déplacement aux Antilles ce week-end, le politologue Bruno Cautrès souligne l'importance des voix d'Outre-mer.

Benoît Hamon en déplacement en Guadeloupe le 11 mars. 
Benoît Hamon en déplacement en Guadeloupe le 11 mars.  (HELENE VALENZUELA / AFP)

Le candidat du Parti socialiste Benoît Hamon, en déplacement aux Antilles, a salué, dès son 1er meeting, samedi 12 mars aux Abymes (Guadeloupe), "l'excellent bilan du quinquennat" de François Hollande sur les Outre-mer. 

Dans une terre de gauche qui a voté massivement pour Manuel Valls à la primaire socialiste (à près de 75%), et qui avait largement choisi François Hollande en 2012 (près de 72%), Benoît Hamon s'est gardé de trop critiquer le président. Un calcul judicieux, selon Bruno Cautrès, politologue, chercheur au Cevipof et au CNRS. Sur franceinfo samedi, il explique que l'Outre-mer est "un réservoir de voix qui n'est pas négligeable".

franceinfo : Quelle est l’importance électorale des départements d’Outre-mer ?

Bruno Cautrès : L’Outre-mer est un réservoir de voix qui n’est pas négligeable, puisqu’on compte près d’un million et demi d’électeurs, soit environ 3% du corps électoral français, sans compter les Français d’Outre-Mer installés en Métropole. Au total, on peut arriver à 5 ou 6% de l’électorat, donc effectivement, les candidats vont montrer de l’intérêt pour ces territoires, notamment sur la question du développement économique. 

Dans une élection très concurrentielle, toutes les voix vont compter d’autant qu’il est possible que la qualification pour le second tour se joue à quelques centaines de milliers de voix.Bruno Cautrès, politologueà franceinfo

Quel est l’intérêt pour Benoît Hamon en Guadeloupe de saluer "le bilan de François Hollande" en Outre-mer ?

Pour Benoît Hamon, qui est à la recherche d’un nouveau souffle dans sa campagne électorale, il est important d’aller essayer de récolter des voix chez les Français qui vivent en Outre-mer et de faire passer un message aux électeurs de François Hollande en 2012. Il doit montrer qu'il peut reconnaître des choses positives dans le bilan du président sortant.

Quelles sont les tendance politiques des départements d’Outre-mer ?

Il s'agit d'un terrain assez peu favorable au FN. La Polynésie et la Nouvelle-Calédonie sont orientées à droite. Les Antilles et la Réunion sont plutôt à gauche. La Guadeloupe avait voté largement pour François Hollande en 2012, au second tour, à hauteur de 72% des voix. Dans cette élection où la gauche semble être en difficulté en Métropole, ce sera très important pour elle de faire les mêmes scores qu’en 2012.