Présidentielle : François Bayrou renonce à se présenter et propose une "alliance" à Emmanuel Macron

Le président du MoDem a fait une déclaration à la presse depuis le siège de son parti, mercredi à Paris.

Emmanuel Macron a accepté \"l\'alliance\" proposée par François Bayrou pour l\'élection présidentielle, mercredi 22 février 2017.
Emmanuel Macron a accepté "l'alliance" proposée par François Bayrou pour l'élection présidentielle, mercredi 22 février 2017. (JOEL SAGET / AFP)

C'est la fin d'un long suspense. François Bayrou a annoncé, mercredi 22 février, qu'il ne se présentait pas à l'élection présidentielle. "J'ai décidé de faire à Emmanuel Macron une offre d'alliance", a-t-il expliqué lors d'une déclaration à la presse depuis le siège du MoDem, à Paris.

>> Regardez l'intégralité de la conférence de presse de François Bayrou

FRANCEINFO

Agé de 65 ans, François Bayrou ne s'engage donc pas dans sa quatrième candidature à la magistrature suprême. Ses trois précédentes tentatives s'étaient soldées par des fortunes diverses. Après les 6,84% obtenus au premier tour en 2002, il avait effectué une percée, en 2007, avec 18,57% des voix, avant de signer un score de 9,13% en 2012. Pour l'élection de 2017, il était crédité de 5 à 6% des intentions de vote dans les derniers sondages.

La défaite de Juppé a rebattu les cartes

Longtemps soutien d'Alain Juppé dans la course à l'Elysée, François Bayrou avait déclaré qu'il se rangerait derrière le maire de Bordeaux en cas de victoire à la primaire de la droite. Mais le succès de François Fillon a chamboulé ses plans. Soutien à François Fillon, allégeance à Emmanuel Macron ou candidature autonome ? Pendant de longues semaines, le leader du MoDem a laissé planer le doute, répétant qu'il s'exprimerait courant février.

L'affaire Fillon semble avoir joué un rôle important dans la décision de François Bayrou. Ouvert à un accord avec le candidat de la droite avant les premières révélations du Canard enchaîné, le maire de Pau avait finalement fait un pas vers sa propre candidature dès le 31 janvier, en se disant prêt à tout faire "pour que la France s'en sorte".

De plus en plus sévère à l'égard de François Fillon, il l'a, par la suite, invité à retirer sa candidature devant la "cascade de révélations" sur les emplois présumés fictifs de sa famille. "Quand bien même il y aurait cette espèce de miracle électoral et qu'il remporterait cette élection, comment gouvernerait-il ?" s'interrogeait-il la semaine dernière.

Une décision scrutée par Fillon et Macron

Malgré des intentions de vote relativement modestes, l'éventualité d'une candidature de François Bayrou était guettée par ses principaux concurrents. S'il semblait encore loin d'une qualification pour le second tour, François Bayrou pouvait, en effet, gêner François Fillon et Emmanuel Macron dans leur rêve d'Elysée. Au final, il apporte une contribution de poids à Emmanuel Macron, que les sondages actuels placent au coude-à-coude avec François Fillon pour la seconde place du premier tour de l'élection présidentielle.