Cet article date de plus d'un an.

Présidentielle 2022 : visualisez le vote des villes et le vote des campagnes dans nos cartes

La géographie des résultats du second tour de la présidentielle 2022 montre une forte opposition entre les grands centres urbains et les territoires ruraux.

Article rédigé par Mathieu Lehot-Couette, Noé Bauduin
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Vote des villes, vote des champs : découvrez dans nos cartes anamorphosées les résultats de l'élection présidentielle en fonction de la densité de population (ELLEN LOZON / FRANCEINFO)

Le candidat des villes contre la candidate des champs. La carte de la France métropolitaine du second tour de la présidentielle prend une tout autre allure dès lors que l'on prend en compte la densité de population. C'est ce que montre la visualisation ci-dessous, qui déforme la taille des communautés de communes en fonction de leur poids démographique. Plus elles sont peuplées et plus elles s'élargissent. A l'inverse, les territoires les plus rétrécis comptent moins d'habitants. Les couleurs indiquent quel candidat est arrivé en tête dimanche soir dans chaque intercommunalité.

>> Présidentielle 2022 : suivez les réactions au lendemain de la réélection d'Emmanuel Macron

Ainsi, Emmanuel Macron apparaît clairement comme le président des territoires urbains, plutôt densément peuplés. Il arrive devant Marine Le Pen dans l'ensemble des plus grandes agglomérations. Au contraire, les territoires où Marine Le Pen arrive en première position sont surtout ruraux et donc peu peuplés, à l'exception de certaines communautés du Sud-Est, comme la métropole de Toulon (Var), et du Nord-Est, comme celle de Béthune (Pas-de-Calais).

>> Présidentielle 2022 : retrouvez les résultats commune par commune dans notre moteur de recherche

Macron à 80% dans le Grand Paris

Cette disparité ressort de manière encore plus forte dès que les scores de chaque candidat sont isolés l'un de l'autre. La carte ci-dessous représente les résultats d'Emmanuel Macron dans chaque communauté de communes de France métropolitaine.

Les territoires les plus élargis, et donc les plus densément peuplés, sont également les plus foncés. C'est dans ces territoires que le candidat de La République en marche a obtenu ses meilleurs scores. Un phénomène qu'illustre particulièrement la métropole du Grand Paris, la plus grosse intercommunalité au milieu de l'Hexagone déformé, où Emmanuel Macron obtient 80% des suffrages exprimés.

Le Pen à 68% en Thiérache, dans l'Aisne

La même carte pour les résultats de Marine Le Pen montre l'effet inverse. La candidate d'extrême droite obtient ses meilleurs scores dans les territoires qui se rétrécissent le plus, donc les moins peuplés. Ainsi, dans la petite communauté de communes Thiérache Sambre et Oise (Aisne), qui compte près de 17 000 habitants, Marine Le Pen totalise 68% des voix.

En réalité, l'analyse des résultats du second tour de la présidentielle en fonction des types de territoire montre que l'écart entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen se resserre à mesure que l'on s'éloigne des métropoles. L'infographie ci-dessous donne des résultats agrégés en fonction des types de territoire (voir méthodologie en fin d'article).

Dans les villes centres des grandes métropoles, Emmanuel Macron obtient un résultat de 70% des suffrages exprimés. Mais son score diminue à mesure que l'on s'éloigne de ces grandes capitales régionales. Dans les communes rurales, la candidate d'extrême droite fait quasiment jeu égal avec le président réélu. Marine Le Pen y obtient un score moyen de 49,8%, contre 50,2% pour Emmanuel Macron.


Méthodologie :

Pour répartir les communes de la France métropolitaine en six catégories de territoires, nous nous sommes appuyés sur trois bases de données de l'Insee : les aires d'attraction des villes, le niveau de densité par commune et la part de HLM.

Grâce à la base des aires d'attraction des villes de l'Insee, nous avons pu identifier les grandes métropoles dont l'aire urbaine dépasse 200 000 habitants, qui sont au nombre de 50. Cette base de données permet également d'identifier la commune-centre, que nous avons appelée grande ville. Les autres communes de ces pôles correspondent aux banlieues. Le périurbain est constitué des communes de la couronne qui entoure ces centres urbains. Parmi les villes de banlieue sont distinguées les communes populaires, qui comptent plus de 28% de logements sociaux.

Les territoires éloignés des grandes métropoles ont également été répartis en deux catégories : d'un côté, les communes qualifiées par l'Insee de "densément peuplées" ou de "densité intermédiaire", que nous avons regroupées sous l'appellation de villes éloignées des grandes métropoles, et, de l'autre, les communes "peu denses" ou "très peu denses", qui constituent les zones rurales.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.