Présidentielle 2022 : Les Républicains espèrent avoir un candidat en novembre

Deux vagues d'enquêtes d'opinion, publiées en septembre et octobre, permettront de voir si un candidat naturel s'impose.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le siège du parti Les Républicains, le 9 janvier 2021 à Paris. (MAGALI COHEN / HANS LUCAS / AFP)

Qui portera les couleurs de la droite lors de l'élection présidentielle ? Le conseil stratégique du parti a confié au maire LR d'Antibes (Alpes-Maritimes), Jean Leonetti, la tâche de "travailler sur un processus de sélection du candidat ou de la candidate" de la droite et du centre pour la présidentielle, a annoncé Christian Jacob, le président des Républicains, jeudi 9 juin. Ce dernier rendra ses travaux au bureau politique et au Conseil national du parti "au plus tard fin septembre", a annoncé Christian Jacob lors d'une conférence de presse. 

Deux vagues d'enquêtes d'opinion, "sur la base d'un panel de 15 000 personnes", seront publiées "autour du 20 septembre" puis "en octobre" et permettront de voir si "un candidat écrase le match", selon Christian Jacob. Dans le cas contraire, "on sera sur un processus de sélection" entre différents candidats. "L'ensemble de nos fédérations et des militants m'ont fait remonter leurs réserves vis-à-vis du système de primaires mis en place en 2016", a néanmoins souligné le président du parti, qui espère "avoir, courant novembre, un candidat qui portera les valeurs de la droite et du centre".

"Que du flou !"

Ces annonces ne semblent pas avoir convaincu l'ensemble des cadres du parti. "Ce serait bien de faire simple une fois de temps en temps !", a glissé à France Télévisions l'un d'eux, proche de Xavier Betrand, le candidat pressenti de la droite et du centre. "Que du flou !", a ajouté un autre, également proche du président des Hauts-de-France. Selon un participant à cette réunion, il s'agit, avec ces sondages, "de gagner encore du temps pour tuer la primaire".

"C’est une façon habile de garder toutes les options ouvertes et donc gagner du temps", estime en revanche un partisan de la primaire. "Pour Xavier Bertrand, cela acte quand même qu'il n a pas réussi à s'imposer en candidat naturel, c'est lui le perdant de la séquence."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.