Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron affirme avoir "soutenu de manière inédite" les artistes pendant la crise du Covid-19

Le président candidat à sa réélection reconnaît toutefois "une fragilité" des artistes à laquelle il veut "s'atteler".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Le président-candidat à la présidentielle, Emmanuel Macron sur France Culture, le 18 avril 2022. (FRANCECULTURE / RADIO FRANCE)

"On a beaucoup renforcé et soutenu de manière inédite, pendant la crise Covid, nos artistes", a assuré lundi 18 avril Emmanuel Macron sur France Culture. "Nous avons fait ce qu'aucun pays au monde n'a fait", a assumé le président sortant. Le candidat de la République en marche à l'élection présidentielle s'est défendu de n'avoir "pas simplement préservé" le statut des intermittents mais de lui avoir "donné des dérogations".

>> Présidentielle 2022 : suivez en direct le duel que se livrent à distance Emmanuel Macron et Marine Le Pen à J-6 du second tour.

Emmanuel Macron a affirmé avoir agi "pour que tous et toutes puissent continuer à vivre et à être accompagnés pendant cette période de crise" qui les a empêchés de travailler. "Mais je sais qu'il y a encore une fragilité et je veux m'y atteler pour les plus petites compagnies", s'est-il engagé. Le président sortant a ainsi défendu son bilan culturel durant ces cinq dernières années tout en assurant vouloir "aller plus loin". Il a dit "vouloir poursuivre" sa politique de "nominations renouvelées" qui a, selon lui, contribué à renouveler "des visages, des figures, des talents" et à "féminiser" des postes à responsabilités dans le domaine de la culture.

Emmanuel Macron a mis en avant le fait d'avoir "défendu le combat historique des droits d'auteurs et des droits voisins" à l'échelle de l'Europe. "C'est un défi à l'égard des grandes plateformes de diffusion qui veulent continuer de contourner ce droit et c'est un combat que je continuerai à mener", a-t-il ajouté. Emmanuel Macron s'est également engagé à "pérenniser" sa politique de commandes publiques qu'il a assuré avoir menée en investissant "assez fortement" pour "accompagner des jeunes artistes partout sur le territoire". 

Changement de modèle pour le cinéma, "confiant" sur le sort du spectacle vivant

À la question de savoir si les moyens seront là pour la culture s'il est réélu, Emmanuel Macron a indiqué "qu'ils l'ont été tout au long du quinquennat, y compris les moyens extraordinaires au moment de la crise Covid". "Le quoi qu'il en coûte culturel est une réalité. Il a été là", a insisté le président candidat. "Je ne fais pas partie de ceux qui réduiront les moyens de la culture", a-t-il promis. Emmanuel Macron n'a d'ailleurs pas exclu la possibilité de mettre en place des aides exceptionnelles si le public venait à bouder la Culture après deux ans de crise Covid. "Mais je pense qu'on va devoir tous ensemble réfléchir à un changement de modèle", a-t-il toutefois nuancé, pointant du doigt le cinéma dont "la pratique est en train de changer". Sur cette question, il a plaidé pour "la mise à contribution des grands diffuseurs internationaux" pour "continuer à financer une créativité française dans le cinéma ou les séries". À l'inverse, le président sortant s'est dit "confiant" sur le sort du spectacle vivant. "Nos compatriotes vont revenir en salle, ils sont en train d'y revenir et là on continuera d'accompagner", a-t-il assuré.    

En parallèle, Emmanuel Macron a plaidé pour un plus large accès à la culture. "Je ne veux pas qu'on puisse nous dire que la culture est un sujet élitaire", a-t-il précisé, assurant avoir "commencé une série de petites révolutions", avec l'aide des enseignants et des institutions culturelles, en "renforçant la place de la culture à l'école", "en donnant plus d'heures dédiées à la culture dès l'école primaire et le collège" et en mettant en place "le pass culture", qu'il a qualifié "d'immense succès", considérant qu'il profite à plus de 1,2 millions de jeunes. "On l'a ouvert aux jeunes dès 16 ans et je veux pouvoir le proposer dès le collège", a ajouté Emmanuel Macron. 

 

"Je veux continuer cette ambition culturelle parce que c'est un projet de société", a affirmé le candidat à la présidentielle. "Pourquoi je me suis tant battu sur la culture, que j'avais ce projet en 2017, que je l'ai au carré aujourd'hui ?", a-t-il poursuivi, "parce que la question culturelle est un ciment". "L'éducation et la culture sont des réponses à cette espèce de diffraction de la crise politique, aux difficultés de la question politique et aux tensions", a-t-il conclu.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.