Le directeur adjoint de "Libération" affirme son indépendance après la nomination de son frère à la communication de Matignon

"Il est de droite, je suis de gauche." Johan Hufnagel a publié une tribune sur le site du quotidien pour marquer sa différence. 

Le directeur adjoint de Libération, Johan Hufnagel (à droite), à Paris, le 21 mai 2015.
Le directeur adjoint de Libération, Johan Hufnagel (à droite), à Paris, le 21 mai 2015. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Lui, c'est lui, et moi, c'est moi." Le directeur adjoint de Libération, Johan Hufnagel, a pris les devants pour éviter toute polémique après la nomination de son frère Charles comme directeur de la communication du Premier ministre, Edouard Philippe. "Nous sommes dans deux camps irréconciliables", a expliqué le journaliste dans une tribune.

"Lui fait de la communication politique, moi du journalisme, et le plus loin nous sommes l’un de l’autre d’un point de vue professionnel, le mieux tout le monde se porte, a détaillé Johan Hufnagel. Durant nos parcours respectifs, nous avons toujours veillé à ériger un mur entre nous." 

La Société des journalistes "particulièrement vigilante"

Le directeur adjoint de Libération affirme qu'il n'y a jamais eu aucune "interférence", "informations" ou "conseils" entre eux deux. "Pour ceux qui auraient encore des doutes, (sans parler de ceux qui ne seront jamais convaincus), je rappelle que la rédaction de Libération est totalement libre", a renchéri le directeur adjoint de la rédaction.

La Société des journalistes et personnels de Libération (SJPL) note dans un communiqué que ce lien de parenté "peut soulever des questions légitimes". Mais comme aucune "interférence" n'a été constatée par le passé et que Johan Hufnagel a assuré à la rédaction que cette étanchéité professionnelle "serait maintenue", la SJPL déclare lui exprimer "sa pleine confiance" tout en restant "particulièrement vigilante".