Iran : une élection présidentielle jouée d'avance agace une partie de la population

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Iran : une élection présidentielle jouée d'avance agace une partie de la population
FRANCE 2
Article rédigé par
S.Perez, R.Mathé, L.Lavieille - France 2
France Télévisions

L'élection présidentielle en Iran a lieu vendredi 18 juin. Sans suspens, le candidat ultra-conservateur et favori Ebrahim Raïssi devrait remporter l'élection. Ses opposants ont été écartés par le Conseil des gardiens de la Constitution iranienne. Les électeurs pourraient ne pas se déplacer pour aller voter. 

A Téhéran, en Iran, le visage d'Ebrahim Raïssi est sur toutes les affiches de campagne pour l'élection présidentielle du 18 juin. Le candidat religieux ultra-conservateur est le favori d'un scrutin verrouillé par les autorités. Cette élection semble jouée d'avance : ses opposants les plus sérieux ont été écartés par le Conseil des gardiens de la Constitution. Le candidat, partisan de l'ordre et de la morale islamique, est l'héritier du guide suprême Ali Khamenei. 

Des électeurs démobilisés

Sa victoire annoncée est aussi l'échec du président sortant, Hassan Rohani, et des promesses de réformes et d'ouverture. Ce scrutin ulcère les électeurs modérés, qui pourraient s'abstenir de voter : l'abstention pourrait atteindre des sommets. Les classes moyennes et populaires sont épuisées de lutter contre l'inflation et le chômage dans un pays asphyxié par les sanctions internationales. "40 ans après la révolution, on en est arrivé à faire la queue pour manger", lance un Iranien. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Election Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.