Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron évalue le coût de son programme à 50 milliards d'euros par an

Le président de la République, candidat à sa réélection, a terminé son discours et répond aux questions des journalistes. Ce direct est maintenant fermé.

Ce direct est terminé.

Ce qu'il faut savoir

A quoi ressemblerait un second mandat d'Emmanuel Macron ? Le président de la République, désormais candidat à l'élection présidentielle et en tête des intentions de vote au premier tour, a présenté les principales mesures de son programme, jeudi 17 mars, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Interrogé sur le coût de ses promesses, il l'a évalué à 50 milliards d'euros par an, auxquels s'ajouteront 15 milliards de baisses d'impôts pour les ménages et les entreprises. Il affirme que les réformes des retraites et des allocations chômage permettront de le financer. Ce direct est maintenant fermé.

 Des réformes institutionnelles et des "lois d'exception". "Sur tous les sujets prioritaires, nous prendrons une loi d'exception afin de réduire les délais et de simplifier drastiquement les procédures", affirme Emmanuel Macron, citant ses projets dans le logement et les énergies renouvelables. Le président de la République veut confier à une "commission transpartisane" un projet de réforme des institutions, qui irait notamment dans le sens de "plus de proportionnalité".

 Un durcissement sur l'immigration et l'asile. "Le refus d'asile vaudra obligation de quitter le territoire", a promis Emmanuel Macron, qui souhaite également expulser les étrangers "qui troublent l'ordre public". Il lie ce dossier avec celui de la lutte contre les discriminations, pour laquelle il promet des "testings systématiques" dans les entreprises de plus de 5 000 salariés.

 Recrutements et contrôles dans les Ehpad. Un des volets de ses promesses concerne les Ehpad. S'il est réélu pour un second mandat, le chef de l'Etat promet le recrutement de "50 000 infirmiers et aides-soignants" dans ces établissements, ainsi que le renforcement des contrôles. Pour aider les personnes âgées à rester chez elles, une prime sera créée pour adapter leur logement.

 Des prestations sociales versées "à la source". Emmanuel Macron promet le versement "à la source" du RSA, des APL, des allocations familiales ou encore de la prime d'activité. Une réforme qui toucherait 20 millions de personnes et qu'il présente comme un moyen de lutter contre le non-recours et contre la fraude. Il souhaite également que tous les travailleurs aient accès au compte épargne temps et le conservent en changeant d'entreprise.

 Une obligation d'activité en échange du RSA. Une réforme du revenu de solidarité active est au programme d'Emmanuel Macron, et prévoira "l'obligation de consacrer 15 à 20 heures par semaine à une activité permettant d'aller vers l'insertion professionnelle", soit un emploi, soit une formation. Le chef de l'Etat souhaite également que Pôle emploi soit réformé pour devenir un "guichet unique" pour les demandeurs d'emploi, sous le nouveau nom de France travail. "Le plein emploi" est "atteignable dans les 5 ans qui viennent", a-t-il estimé. 

 Des aides rehaussées, notamment pour les mères célibataires. Le chef de l'Etat promet, s'il est réélu, une "augmentation de 50% de l'allocation de soutien pour les mères célibataires", de 116 à 174 euros par enfant, et de créer un "droit à la garde d'enfants opposable". Il veut alléger les droits de succession et baisser les charges pour les indépendants, d'un montant équivalant 550 euros par an pour une personne au Smic. La prime de 1 000 euros créée après le mouvement des "gilets jaunes" pourrait atteindre 3 000 euros.

 Un "pacte nouveau avec les enseignants". En échange d'une poursuite de l'augmentation des rémunérations, ils auraient une "quasi-obligation" de remplacer leurs collègues absents, affirme Emmanuel Macron. Il a également émis le souhait de "mettre à disposition les résultats de toutes les évaluations" d'une classe ou d'un établissement, ce qu'il voit comme un moyen de "diffuser les bonnes pratiques".

Des propositions avaient déjà filtré. Le corps du programme d'Emmanuel Macron, soit une centaine de mesures, sera ensuite détaillé dans un fascicule de 24 pages qui sera envoyé par courrier à quelque 6 millions de foyers ce week-end. Ces derniers jours, par ses déclarations ou des fuites dans la presse, une vingtaine de ses propositions ont déjà filtré, comme le report de l'âge du départ en retraite à 65 ans, mais aussi, comme l'a révélé Le Figaro mercredi soir, une baisse des droits de succession.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRESIDENTIELLE

21h53 : La traduction en langue des signes des discours des candidats à la présidentielle doit être correctement filmée pour être réellement utile aux électeurs sourds et malentendants. C'est ce que souligne ce soir l'Arcom, le régulateur de la communication audiovisuelle et numérique (ex-CSA), qui a rassemblé des conseils pratiques dans un guide.

20h26 : Le grand rendez-vous politique de France 2 revient ce soir. A un peu plus de trois semaines du premier tour de la présidentielle, "Elysée 2022" reçoit trois candidats : Eric Zemmour, Anne Hidalgo et Nicolas Dupont-Aignan. Ce sera à suivre ici-même à partir de 20h40. L'occasion pour moi de vous dire que je ne serai pas seul pour que vous n'en manquiez pas une miette. J'accueille mes camarades Mathilde Goupil, Alice Galopin et Thibaud Le Meneec.

20h12 : Bonsoir @Esyram91 Dans l'absolu, les médias qui ont diffusé la conférence de presse du candidat Macron n'ont pas à diffuser exactement la même durée de prise de parole pour les autres candidats. En effet, nous ne sommes pas encore en période d'égalité du temps de parole, mais simplement "d'équité renforcée", jusqu'au dimanche 27 mars. On vous explique la prise en compte un peu particulière de ses interventions dans cet article.

20h05 : La durée de l’intervention de Macron ne pose-t-elle pas problème ?

19h25 : "Reculer l'âge de départ à la retraite à 65 ans, cela va mettre encore plus de monde au chômage."

Pendant ses quatre heures de prise de parole, le président sortant a réaffirmé qu'il souhaitait relever progressivement l'âge légal de départ à la retraite à 65 ans. Un choix critiqué sur franceinfo par Aurélie Trouvé, la présidente du Parlement de l'Union populaire, organe de campagne de La France insoumise.

19h18 : Pssst : la conférence de presse d'Emmanuel Macron est cette fois, pour de vrai, officiellement terminée. Il aura parlé au total 4 heures, de 15 heures à 19 heures. Vous n'avez pas pu écouter ? Le résumé est ici.

19h04 : Deux réactions, déjà, à la conférence de presse d'Emmanuel Macron. Delphine Batho, la porte-parole de Yannick Jadot, dénonce "l'absence quasi-totale de l'écologie dans ce programme".

Quant à Valérie Pécresse, elle estime que le président-candidat reste "dans le déni sur l’autorité, le pouvoir d’achat et la dette. Qui peut croire que Macron candidat aura le courage de faire le contraire de Macron président ?"

18h54 : Il semblerait que la conférence de presse d'Emmanuel Macron touche à sa fin. Indice chez vous : on vient d'entendre quelqu'un susurrer "deux dernières questions". Cela tombe bien, on vient justement de vous résumer dans cet article ce qu'il faut retenir du programme qu'il présente depuis 15 heures.

Le président sortant Emmanuel Macron présente son projet à la presse, le 17 mars 2022, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). (MAXPPP)(MAXPPP)

18h27 : Quand le président répond au numéro 2 de l'Etat. Lors de sa conférence de presse, Emmanuel Macron vient de répondre à Gérard Larcher, qui lui reprochait d''"enjamber" l'élection présidentielle en ne se pliant pas à l'exercice des débats. "Un président du Sénat ne devrait pas dire ça, a réagi le président-candidat. Quiconque est censé porter le suffrage universel et dont la légitimité procède des élus ne devrait pas s'amuser à remettre en cause la légitimité de quelque élu que ce soit, y compris de gens qui ne lui plaisent pas."

18h10 : Il est l'heure de faire un point sur l'actualité :

• Emmanuel Macron a dévoilé son programme en vue de la présidentielle, dont le premier tour est prévu dans 24 jours. Réforme du RSA, âge légal de départ à la retraite à 65 ans, transformation de Pôle emploi ou lutte contre les inégalités... Le chef de l'Etat a développé son projet, qu'il évalue à "50 milliards d'euros" d'ici à 2027.

• La France va débloquer une aide de 300 millions d'euros pour l'Ukraine, a annoncé le ministère des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, lors d'un entretien avec son homologue, Dmytro Kouleba. La France livre également des équipements de défense et un soutien en carburant aux forces ukrainiennes. Suivez notre direct.

• La justice a accordé une suspension de peine "pour motif médical" au militant indépendantiste corse Yvan Colonna, après sa violente agression à la prison d'Arles début mars, confirme une source judiciaire et son avocat, Me Cormier, à France Télévisions.

17h24 : Il n'y a pas qu'Emmanuel Macron qui a dévoilé son programme aujourd'hui. Le candidat écologiste Yannick Jadot a également présenté ses propositions en matière d'éducation. Recrutement d'enseignants, calendrier scolaire... Franceinfo fait le point sur cette partie de son programme.

Yannick Jadot à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 2 mars 2022. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)(CHRISTOPHE SIMON / AFP)

17h23 : Plusieurs soutiens de Valérie Pécresse estiment que le programme d'Emmanuel Macron copie en partie celui de la candidate LR."J’écoute Emmanuel Macron mais c’est un replay de la conférence de presse programmatique de Valérie Pécresse, non ?" a déclaré le député Julien Aubert sur Twitter. La députée Annie Genevard ne dit pas autre chose : "Ce n’est pas un programme, c’est un pillage."

17h15 : "J'ai les épaules larges, je veux bien endosser beaucoup de choses, mais je ne considère pas que je sois le seul responsable de ce qui se passe dans la vie démocratique du pays. Nous sommes tous responsables", affirme Emmanuel Macron, interrogé sur le problème de l'abstention.

16h57 : Emmanuel Macron, candidat à sa réélection, a présenté les grandes lignes de son programme pendant une heure et demie. Voici les principales mesures à retenir :

La mise en place d'un guichet unique pour remplacer Pôle emplo S'il est réélu, le locataire de l'Elysée souhaite "transformer Pôle emploi en France travail". Il explique : "L'idée est de réussir (...) à mettre en commun tous les savoir-faire : de Pôle emploi, de nos régions, des communes, des missions locales."

Le versement automatique des aides sociales "à la source". Emmanuel Macron veut faire verser les aides sociales "à la source", de manière automatique, ce qui selon lui bénéficierait aux "20 millions de Français" qui touchent le RSA, la prime d'activité, des aides au logement ou des allocations familiales.

Une réforme du RSA. Emmanuel Macron propose "un meilleur équilibre des droits et devoirs" pour les bénéficiaires du RSA et "l'obligation de consacrer 15 à 20 heures par semaine" à une activité facilitant l'insertion professionnelle.

Des aides rehaussées, notamment pour les mères célibataires. Le chef de l'Etat promet, s'il est réélu, une "augmentation de 50% de l'allocation de soutien pour les mères célibataires", de 116 à 174 euros par enfant, et de créer un "droit à la garde d'enfants opposable". Il veut alléger les droits de succession et baisser les charges pour les indépendants, d'un montant équivalant 550 euros par an pour une personne au Smic.

Le décalage progressif de l'âge de la retraite à 65 ans. Toutefois, il souhaite la prise en compte des spécificités des carrières longues, qui se fera "dans le dialogue social".

Une réforme pour l'autonomie. Concernant les plus âgés et les aidants, Emmanuel Macron souhaite lancer une réforme visant à en adapter le logement au vieillissement avec "une prime adaptée".

Côté santé, il souhaite le recrutement de "50 000 infirmiers et aides-soignants" dans les Ehpad et renforcer "les contrôles pour pouvoir lutter contre les pratiques inhumaines et dégradantes". Le chef de l'Etat s'engage également à organiser "un renfort massif dans les déserts médicaux avec des permanences ponctuelles dans les territoires les moins dotés, le développement des téléconsultations, réguler davantage l'installation...".

16h46 : Emmanuel Macron a terminé de détailler son programme. Il est maintenant interrogé par les journalistes et précise vouloir atteindre "15 milliards de baisse d'impôts", la moitié concernerait les ménages, l'autre, les entreprises.

16h45 : Emmanuel Macron arrive à la fin de l'exposé de ses propositions. Il conclut en affirmant qu'il souhaite lancer "une commission transpartisane pour renouveler nos institutions". Il affirme être "pour un exécutif fort" et "pour un parlement fort qui puisse renforcer ses missions de contrôle." Il se dit également favorable à "plus de proportionnalité."

16h38 : Concernant l'immigration toujours, Emmanuel Macron veut que l'obtention des titres de séjour longs "ne soient plus conditionnés à des démarches" mais "à un examen de français et une vraie démarche d'insertion professionnelle". La carte de séjour annuelle sera donnée "dans des conditions plus restrictives", promet-il, et affirme qu'il "assume" ce choix.

16h40 : Cela fait plus d'une heure qu'Emmanuel Macron, candidat à sa réélection, présente son programme. Voici les principales mesures à retenir :

La généralisation du service civique, qui "permet l'acquisition de compétences qui viennent renforcer la résilience de la nation".

La mise en place d'un guichet unique pour remplacer Pôle emploi. S'il est réélu, le locataire de l'Elysée souhaite "transformer Pôle emploi en France travail". Il explique : "L'idée est de réussir (...) à mettre en commun tous les savoir-faire : de Pôle emploi, de nos régions, des communes, des missions locales."

Le décalage progressif de l'âge de la retraite à 65 ans. Toutefois, il souhaite la prise en compte des spécificités des carrières longues, qui se fera "dans le dialogue social".

Une "réforme pour l'autonomie". Concernant les plus âgés et les aidants, Emmanuel Macron souhaite lancer une réforme visant à en adapter le logement au vieillissement avec "une prime adaptée".

Côté santé, il souhaite le recrutement de "50 000 infirmiers et aides-soignants" dans les Ehpad et renforcer "les contrôles pour pouvoir lutter contre les pratiques inhumaines et dégradantes". Il s'engage également à organiser "un renfort massif dans les déserts médicaux avec des permanences ponctuelles dans les territoires les moins dotés, le développement des téléconsultations, réguler davantage l'installation...", détaille-t-il.

16h34 : Sur l'immigration, Emmanuel Macron souhaite effectuer une "refonte de l'organisation de l'asile et du droit de séjour avec une procédure d'éloignement plus rapide". S'il est réélu, "le refus d'asile vaudra obligation de quitter le territoire français", assure le chef de l'Etat.

16h32 : Sur la justice, le président-candidat veut embaucher "8 500 magistrats et personnels de justice" et, plus globalement, il promet de "réduire les délais", d'assurer "l'effectivité des peines" et améliorer "les conditions de travail de nos magistrats."

16h29 : Pour les plus âgés et les aidants, Emmanuel Macron souhaite lancer une "réforme ambitieuse pour l'autonomie" en adaptant le logement au vieillissement avec "une prime adaptée". S'il est réélu, il souhaite également recruter "50 000 infirmiers et aides-soignants" dans les Ehpad et renforcer "les contrôles pour pouvoir lutter contre les pratiques inhumaines et dégradantes".

16h25 : Emmanuel Macron revient sur des propositions économiques en promettant une "augmentation de 50% de l'allocation de soutien pour les mères célibataires" et "la prime de pouvoir d'achat portée jusqu'à 3 000 euros par an contre 1 000 euros actuellement, sous condition de signer l'accord d'intéressement".

16h17 : Le président-candidat s'engage à organiser "un renfort massif dans les déserts médicaux avec des permanences ponctuelles dans les territoires les moins dotés, le développement des téléconsultations, réguler davantage l'installation...", détaille-t-il.

16h14 : Du côté de la santé, Emmanuel Macron promet, s'il est réélu, d'"aider les médecins de ville pour qu'ils puissent prendre davantage de patients en généralisant les assistants médicaux". Il veut aussi "désigner un pharmacien ou un infirmier référent sur un territoire" qui puisse prendre en charge les "actes simples".

16h11 : Sur l'école, Emmanuel Macron veut aussi "renforcer le sport, l'éducation artistique et étendre le pass culture dès le collège". Il veut également une "réforme de l'orientation pour mieux connaître les métiers."

16h08 : Emmanuel Macron annonce vouloir changer de méthode "sur l'école et la santé". Sur l'école, il voudrait, en cas de réélection, offrir "plus de liberté pour les établissements" et "plus de transparence pour les élèves et les parents" et mettant à disposition "les résultats de toutes les évaluations au niveau de la classe, des établissements" afin de "diffuser les bonnes pratiques".

16h02 : Emmanuel Macron veut à nouveau faire de l'égalité femme-homme la grande cause de son deuxième quinquennat, avec un accompagnement accru des familles monoparentales et davantage de prévention sur la santé féminine.

15h59 : S'il est réélu, le chef de l'Etat veut d'avantager lutter "contre le harcèlement à l'école et le harcèlement cyber". "La souffrance de nos enfants est un phénomène qui a complètement explosé ces dernières années et nous devons complètement nous mobiliser", précise-t-il.

15h58 : Pour l'âge de départ en retraite, Emmanuel Macron souhaite la prise en compte des spécificités des carrières longues qui se fera "dans le dialogue social".

15h53 : S'il est réélu, Emmanuel Macron confirme vouloir repousser l'âge légal de départ à la retraite à 65 ans.

15h52 : Le président-candidat Emmanuel Macron annonce l'obligation d'effectuer "15 à 20 heures par semaine de formation en insertion ou d'emploi pour bénéficier du RSA".

15h50 : Emmanuel Macron, qui s'exprime en tant que candidat, souhaite "transformer Pôle emploi en France travail". Il explique : "l'idée est de réussir à l'échelle d'un territoire à mettre en commun tous les savoir-faire : de Pôle emploi, de nos régions, des communes, des missions locales. Il y a une trop grande segmentation de ceux qui accompagnent le retour à l'emploi."

15h48 : Emmanuel Macron souhaite également renforcer "l'autonomie de nos universités pour en faire des opérateurs de recherche à part entière". Il veut aussi une "réforme du lycée professionnel pour en faire une voie d'excellence".

15h46 : Le chef de l'Etat, candidat à sa réélection, souhaite la consolidation d'un "modèle économique viable pour l'information libre et indépendante." Il poursuivra par ailleurs l'aide à la création des artistes en lançant la deuxième étape de la commande culturelle.

15h40 : Emmanuel Macron souhaite également proposer une meilleure accessibilité aux véhicules électriques. "On va mettre en place du leasing [location longue durée avec option d'achat] pour accompagner les ménages les plus modestes", annonce en conférence de presse.

15h39 : "La France s'est engagée sur une stratégie de neutralité carbone en 2050. Nous pouvons être la première grande nation à sortir de la dépendance au gaz, au pétrole, et au charbon", assure Emmanuel Macron. Pour cela, il propose de déployer massivement les énergies renouvelables avec "50 parcs éoliens en mer d'ici 2050". Le chef de l'Etat souhaite également construire de nouveaux réacteurs nucléaires.

15h35 : Le chef de l'Etat et candidat annonce également poursuivre la généralisation du service civique qui "permet l'acquisition de compétences qui viennent renforcer la résilience de la nation".

15h29 : Emmanuel Macron commence à détailler son programme, en débutant par l'armée et la défense du pays. Il annonce que le nombre de réservistes sera doublé chez les militaires et que ce nombre augmentera (sans plus de précisions) pour les forces de sécurité intérieures (police et gendarmerie).

15h21 : Le chef de l'Etat vient d'affirmer avoir baissé le taux de chômage et baissé les impôts. Dans cet article, nous avons vérifié ces deux affirmations, qui sont vraies, à ceci près que la baisse du chômage avait commencé deux ans avant le début de mandat d'Emmanuel Macron, durant le quinquennat de François Hollande.

15h17 : "J'avais pris l'engagement de baisser les impôts et malgré les crises, nous l'avons fait. Nous avons réduit nos émissions de gaz à effet de serre deux fois plus vite qu'auparavant dans ce quinquennat", poursuit Emmanuel Macron.

15h21 : "Je tâche de faire ce que j'ai dit et j'essaye de dire à chaque fois ce que je fais. J'avais promis de baisser le taux de chômage et malgré les crises, nous l'avons fait."

15h21 : "Le projet que je vous présente est aussi ancré dans le moment qui est le nôtre : le retour du tragique dans notre histoire, où nos sociétés ont à vivre le retour de la guerre sur notre continent et des crises que nous ne prévoyons pas encore : les attaques cyber. Et des grandes transformations : la transition climatique et démographique."

15h11 : '"Le projet que je souhaite vous présenter aujourd'hui, c'est à la fois le fruit d'une cohérence, d'émancipation, de progrès pour chacun, qui se nourrit des crises que nous avons traversées. C'est un projet avec ce qu'on veut faire et il faut ensuite affronter le monde tel qu'il vient", déclare le chef de l'Etat en préambule.

15h07 : Début de la conférence de presse d'Emmanuel Macron, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), pour la présentation de son programme. Une trentaine de grandes propositions sont attendues. Suivez sa prise de parole dans ce direct.

14h27 : Notre journaliste Antoine Comte est à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) pour couvrir la conférence de presse d'Emmanuel Macron qui va présenter son programme à partir de 15 heures.

14h08 : Il est l'heure de faire un point sur l'actualité :

• Volodymyr Zelensky a exhorté l'Allemagne à abattre le nouveau "mur" érigé en Europe contre la liberté depuis l'invasion russe de l'Ukraine, faisant un parallèle avec l'ancien Mur de Berlin. Le président ukrainien s'est exprimé en vidéo devant le Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand, et a reçu une ovation debout, comme la veille face au Congrès américain. Suivez notre direct.


• Le ministre ukrainien de la Défense a appelé l'UE à considérer Vladimir Poutine comme un "criminel de guerre" et a exhorté les Européens à intensifier les livraisons d'armes pour aider Kiev à lutter contre les forces de Moscou.

A partir de 15 heures, Emmanuel Macron va présenter son programme. Sa prise de parole pourrait durer trois heures. Il va exposer une trentaine de mesures-phares et répondre aux questions de 320 journalistes. Suivez la situation dans notre direct.

12h12 : Il est midi et des poussières, voici les principaux titres :

• Le Kremlin rejette la décision de la Cour internationale de justice, plus haut tribunal de l'ONU, qui a ordonné la veille à la Russie de suspendre immédiatement ses opérations militaires en Ukraine. Suivez la situation dans notre direct.

• Pour la dernière ligne droite de cette campagne électorale, franceinfo choisit de se focaliser sur quatre sujets majeurs, au plus près de vos préoccupations : le coût du logement, la crise de l'hôpital public, l'empreinte carbone des transports et le tabou de la santé mentale. Découvrez nos reportages, témoignages et décryptages par ici.

• Emmanuel Macron doit tenir cet après-midi une conférence de presse afin de présenter son programme. Sa prise de parole pourrait durer trois heures. Suivez la situation dans notre direct.

• Gérald Darmanin poursuit ses discussions en Corse. Le ministre de l'Intérieur a proposé aux élus locaux de se mettre d'accord "sur le statut d'autonomie d'ici la fin de l'année".