Création d'Horizons : "Un joli mot qui peut apporter une plus-value à la majorité", salue le député Modem Patrick Mignola

Le député de Savoie soutient Edouard Philippe après l'annonce de la création de son parti politique. Il constate même des "objectifs communs" entre le Modem et Horizons.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Patrick Mignola, président du groupe MoDem à l'Assemblée nationale, invité de franceinfo le 17 août 2021.
 (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"Horizons est un joli mot qui peut apporter une plus-value à la majorité", a salué samedi 9 octobre sur franceinfo Patrick Mignola, député de Savoie et président du groupe Modem et Démocrates apparentés à l’Assemblée nationale, alors qu'Edouard Philippe a lancé, depuis Le Havre, son parti politique baptisé Horizons.

>> Edouard Philippe annonce la création d'Horizons, son nouveau parti

"Il n'y a pas d'ambiguïté sur le soutien au président de la République" de la part d'Edouard Philippe, note Patrick Mignola. Le député a relevé "des convergences de constats et des objectifs communs" avec le Modem. Il estime qu'il est "important, non seulement pour cette élection présidentielle, mais aussi pour les cinq ans qui suivent, que l'on puisse travailler sur des bases électorales plus larges". Il entend montrer que sa famille politique est "capable d'avoir, avec un grand mouvement central au cœur de la vie politique française, une droite modérée". Patrick Mignola assure qu'il ne veut pas "faire partie de ceux qui ont de la défiance à priori", mais prône "la confiance entre ceux et celles qui veulent participer à construire un avenir, quand d'autres polémiquent sur le passé".

"Le centre droit est un espace politique qui n'existe pas"

L'élu de Savoie déplore qu'il y ait "beaucoup de maires qui se disent de droite mais en disant je suis modéré de centre droit". Selon lui, "le centre droit est un espace politique qui n'existe pas". Mais il reconnaît que "la droite a tellement dérivé vers l'extrême droite" en faisant allusion à des "déclarations inopportunes de monsieur Platret ou monsieur Ciotti". Patrick Mignola estime que cela a conduit à ce que "beaucoup d'élus locaux aujourd'hui soient gênés par cette course aux extrêmes, à la radicalité et à la violence des propos". Selon lui, "si ces personnes peuvent se retrouver dans notre majorité parce qu'il y a des initiatives qui sont prises pour qu'enfin la droite modérée réexiste, je trouve que c'est utile".

Le patron des députés Modem et Démocrates assure enfin que, dans sa famille politique, il n'y a "pas d'esprit de boutique". Il ne s'interroge donc pas sur le fait qu'une initiative comme celle d'Edouard Philippe puisse "prendre des députés" à son groupe. "Au contraire, il faut qu'il nous en apporte en plus", martèle Patrick Mignola, "pour que, sur des base larges, on puisse défendre le modèle social français, relever le défi du réchauffement climatique, réindustrialiser le pays et reconstruire un avenir où nos enfants se sentiront un peu mieux qu'ils ne le sont aujourd'hui".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.