Edouard Philippe annonce la création d'Horizons, son nouveau parti

L'annonce a été faite lors d'un congrès qui s'est tenu au Havre, ce samedi. Les statuts du nouveau parti seront déposés lundi. L'ancien Premier ministre a réaffirmé sa volonté de soutenir la candidature d'Emmanuel Macron en 2022.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le maire du Havre, Edouard Philippe, le 3 septembre 2021, à Deauville (Calvados). (LOIC VENANCE / AFP)

Une nouvelle  offre politique. Edouard Philippe, ancien Premier ministre, a dévoilé au Havre (Seine-Maritime), samedi 9 octobre, le nom de son nouveau parti : Horizons. Il annonce que les statuts de sa nouvelle formation seront déposés lundi 11 octobre. "Mon objectif politique, en 2022, c'est de faire que le président de la République, Emmanuel Macron, soit réélu", a-t-il précisé.

"Avec Horizons, nous allons définir une stratégie pour la France, c'est une aventure collective."

Edouard Philippe

Il s'agit de "participer à la constitution d'une nouvelle offre politique" et d'élargir vers la droite le socle de soutiens à Emmanuel Macron, a précisé l'ancien chef de gouvernement. Le maire du Havre a expliqué que le nom de son parti avait été choisi "parce qu'il faut voir loin""Son positionnement, c'est devant", avec "une logique de partenariat, de rassemblement" autorisant la double appartenance, et "la ligne est de préférer la sérénité à la fébrilité", a ajouté l'ancien Premier ministre, ex-LR. 

"Soutien au président de la République" 

"La deuxième ligne claire est le soutien au président de la République" pour que "les cinq années qui viennent soient des années utiles", a-t-il ajouté. La réélection d'Emmanuel Macron "passera par un élargissement de sa base électorale" et "l'objectif est de créer un vrai parti, avec des statuts qui seront déposés lundi, une charte des valeurs", a-t-il affirmé, expliquant que les maires y auraient une place particulière avec une "assemblée" qui élira le vice-président.

Alors que la macronie essaie de structurer une "maison commune", il a assuré que "si c'est une bannière, nous serons derrière""C'est un combat démocratique, au long cours, mais essentiel, que nous engageons (...) Nous manquons d'une stratégie à l'horizon 2050" et "je veux avec vous la bâtir", a-t-il ajouté devant une salle comble.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.