Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Dordogne : quand les Britanniques tentent l'aventure des municipales

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
S. BERNUCHON / V. PIFFETEAU
Article rédigé par
France Télévisions

Depuis 2001, les ressortissants européens peuvent voter aux élections locales. A Eymet, 2 700 habitants, un viticulteur britannique se présente sur la liste du maire sortant. Et cela ne pose aucun souci aux habitants de la commune.

Depuis 2001, les ressortissants européens peuvent voter aux élections locales, à commencer par les municipales. Voici un exemple dans le village d'Eymet (Dordogne), 2 700 habitants, où l'un d'eux, britannique, est même inscrit sur l'unique liste présente lors du scrutin.

Le viticulteur Tim Richardson, installé dans la commune il y a vingt-trois ans, a demandé un petit temps de réflexion au maire sortant, Jérôme Bataille, avant de dire oui, car il avait envie de "participer à la vie locale".

"Les Britanniques font vivre le pays, c'est normal"

Les autres administrés n'y voient pas grand-chose à redire. "Les Britanniques habitent ici, sont nombreux et font vivre le pays, c'est normal", explique un cycliste croisé dans le bourg. Il faut dire qu'ici, un habitant de la commune sur dix est britannique.

Le grand obstacle reste toutefois la langue. Terrie Simpson, agent immobilier, a vécu l'expérience du conseil municipal. "Au début, c'était tellement difficile. On a tous les gens qui parlent en même temps, avec l'accent du Lot-et-Garonne. C'est très compliqué." Pour le moment, les Britanniques n'ont pas le droit d'être maire ou premier conseiller.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.