Territoire : des maires bientôt mieux payés

A neuf mois des municipales, beaucoup de maires sont tentés de ne pas se représenter faute de moyens. Le gouvernement a entendu le message et envisage une loi.

Jean-Marie Bohli est maire de Rammersmatt, un petit village de 200 habitants dans le Haut-Rhin, depuis 2008. Pour cette fonction, il touche 600 euros. Il raconte la difficulté prenante au quotidien : "Dès que ça ne va pas, même si je ne suis pas présent, on vient sonner chez moi à la maison. Dès que je travaille avec ces villages et qu'il y a quelque chose qui ne colle pas, on me met le grappin dessus", déplore-t-il. Les indemnités des maires pourraient être revalorisées à la suite d'une loi qu'envisage le gouvernement. Elles pourraient amener les jeunes à vouloir embrasser la fonction.
"Actuellement, les élus ruraux sont majoritairement des gens qui sont à la retraite et qui ont une retraite qui vient du privé, ou d'autres qui ont les moyens d'être en place. Ce que veut le gouvernement aujourd'hui c'est permettre à d'autres tranches d'âges de mettre sa vie entre parenthèse pour exercer un mandat", explique Philippe Geslan, maire SE de Méricourt (Yvelines).

Un salaire de 1 672 euros ?

Le gouvernement proposerait en effet une rémunération de 1 672 euros pour toutes les communes de moins de 3 500 habitants. Seules les petites communes auraient une aide de l'État. Les autres devront tirer le budget eux-mêmes. "Comment fait-on pour tirer, dans une petite commune, 18 000 à 20 000 euros d'un budget communal, c'est impossible", tance François Deysson, maire SE de Villecerf (Seine-et-Marne). Le projet de loi sera présenté le 17 juillet prochain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président de la République Emmanuel Macron lors d\'une réunion avec des maires de Corse dans le cadre du grand débat national, à Cozzano (Corse-du-Sud), le 4 avril 2019.
Le président de la République Emmanuel Macron lors d'une réunion avec des maires de Corse dans le cadre du grand débat national, à Cozzano (Corse-du-Sud), le 4 avril 2019. (LUDOVIC MARIN / AFP)