Strasbourg passe au vert : qu'en pense le monde économique ?

Existe-t-il encore des réserves, des incertitudes sur la capacité des écologistes à gérer la ville et l'économie ? Reportage dans le Bas-Rhin, à Strasbourg.

France 2

Avec près de 42% dans une triangulaire, Jeanne Barseghian (EELV) a balayé ses adversaires, à Strasbourg (Bas-Rhin), mais pas les inquiétudes des milieux économiques. D'abord, dans le centre-ville, la nouvelle maire promet encore plus de pistes cyclables. Alors, les commerçants redoutent que les automobilistes finissent par déserter. Un parton dénonce une autre mesure : l'interdiction des terrasses chauffées. "Si on enlève les chauffages des terrasses, c'est 20 à 30% de chiffre d'affaires en moins chez les commerçants", assure Mohamed Siaaliti, propriétaire de deux bars. 

"Attention aux grands équilibres"

Comment le port industriel et les entreprises réagiront-ils à l'interdiction des véhicules diesel dans la ville dès 2025 ? Sans oublier le projet d'installation d'une zone à faibles émissions. Pour le patronat local, ce sont des obstacles bien trop pénalisants. "Attention aux grands équilibres", avertit Olivier Klotz, le président du Medef Alsace. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Jeanne Barseghian, nouvelle maire écologiste de Strasbourg, le 2 mars 2020. 
Jeanne Barseghian, nouvelle maire écologiste de Strasbourg, le 2 mars 2020.  (FREDERICK FLORIN / AFP)