Cet article date de plus de sept ans.

Municipales : Montpellier, La Rochelle et Dunkerque, trois villes gagnées par des dissidents PS

Philippe Saurel, Jean-François Fountaine et Patrice Vergriete réussissent à dépasser leurs adversaires, candidats officiellement investis par le Parti socialiste.

Article rédigé par
Violaine Jaussent avec AFP - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le dissident socialiste Philippe Saurel, vainqueur de l'élection municipale à Montpellier (Hérault), le 25 mars 2013. (PASCAL GUYOT / AFP)

Ils ont décidé de faire campagne sans le soutien de leur parti, et ils ont gagné. Trois candidats dissidents du Parti socialiste sont arrivés en tête des élections municipales, dimanche 30 mars, dans des villes de plus de 60 000 habitants.

> Direct : tous les résultats des élections municipales 

A Montpellier, la victoire de Philippe Saurel

"C'est une magnifique victoire." Le dissident socialiste Philippe Saurel a annoncé lui-même sa victoire au second tour à Montpellier (Hérault). Il a remporté 37,54% des votes, devant le candidat socialiste Jean-Pierre Moure (27,39%), l'UMP Jacques Domergue (25,87%) et la Front national France Jamet (9,18%). 

Philippe Saurel avait été exclu du PS après avoir présenté sa candidature. Il avait auparavant décidé de ne pas participer à la primaire interne du PS. Il en avait dénoncé l'organisation, affirmant qu'il s'agissait d'une mascarade. Jean-Pierre Moure avait remporté l'investiture du parti au premier tour. Philippe Saurel, qui s'est posé pendant toute sa campagne comme un candidat antisystème, a reçu le soutien d'Hélène Mandroux, la maire sortante, en congé du parti.

"C'est un homme de gauche qui a gagné, même si ce n'est pas le candidat socialiste. On verra dans les prochaines semaines s'il souhaite travailler avec les socialistes", a déclaré le premier secrétaire fédéral du PS Hussein Bourgi.

A La Rochelle, Jean-François Fountaine élu

Le socialiste dissident, qui talonnait la candidate officielle PS, au premier tour des élections municipales à La Rochelle (Charente-Maritime), a remporté la mairie. Jean-François Fountaine, 62 ans, ancien navigateur et patron de chantier nautique, a obtenu 43,68% des voix, contre 40,10% pour Anne-Laure Jaumouillié, 34 ans, adjointe au maire sortant PS. A la tête de cette ville de 77 000 habitants depuis 1999, Maxime Bono ne se représentait pas.

L'élection de Jean-François Fountaine marque un nouveau pied de nez rochelais à l'égard de l'appareil du PS, qu'il accueille, ironie de l'histoire, chaque année pour l'université d'été. Lors des législatives de 2012, Ségolène Royal, la présidente de la région Poitou-Charentes, candidate du PS, avait perdu face au local Olivier Falorni, dissident socialiste dont le directeur de campagne était... Jean-François Fountaine.

A Dunkerque, Patrice Vergriete ravit la mairie

Il était maire de Dunkerque depuis 25 ans. Le socialiste Michel Delebarre a été battu au profit de son ancien adjoint aux Sports, Patrice Vergriete (divers gauche. Celui-ci l'a emporté avec 55,52% des voix contre 26,26% pour Michel Delebarre, selon des chiffres communiqués en mairie. Le candidat FN Philippe Eymery a recueilli 18,20% des suffrages.

Patrice Vergriete, 45 ans, élu dimanche nouveau maire de Dunkerque, est natif des quartiers populaires d'une ville dont il souhaite relancer l'attractivité. Ce spécialiste de l'urbanisme, ancien conseiller de Claude Bartolone au ministère de la Ville sous le gouvernement Jospin, entend endiguer le déclin démographique de sa commune. Il y est élu depuis 2001 et il y a œuvré pendant presque deux mandats comme adjoint de Michel Delebarre, à la Jeunesse puis aux Sports.

Mais en mai 2013, il avait démissionné. "Je ne me reconnais plus dans les valeurs défendues par Michel Delebarre, comme sur le cumul des mandats sous toutes ses formes, en nombre et dans le temps", avait-il justifié dans La Voix du Nord.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Résultats du PS

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.