Pour NKM, le métro parisien est "un lieu de charme" qui a "des moments de grâce"

La candidate UMP à Paris assure faire "des rencontres incroyables" dans le métro parisien.

La candidate UMP à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, dans le métro parisien, le 3 novembre 2011.
La candidate UMP à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, dans le métro parisien, le 3 novembre 2011. ( MAXPPP)

Ses propos suscitent l'hilarité des usagers du métro de Paris depuis la publication de son interview. Dans un entretien avec le magazine Elle publié sur le site du journal, lundi 18 novembre, la candidate UMP à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, se montre particulièrement lyrique quand il s'agit d'évoquer le métro parisien. "Le métro est pour moi un lieu de charme, à la fois anonyme et familier", dit-elle. Je prends souvent les lignes 13 et 8 et il m’arrive de faire des rencontres incroyables. Je ne suis pas en train d'idéaliser le métro, c'est parfois pénible, mais il y a des moments de grâce."

Accusée par certains d'être parachutée dans la capitale, la députée UMP de l'Essonne et ancienne maire de Longjumeau (Essonne) tente de gommer l'image d'une élue d'Ile-de-France éloignée de la métropole. Une stratégie pointée du doigt avec humour par de nombreuses personnes, sur les réseaux sociaux. La ligne 13 en particulier, à laquelle NKM fait allusion, est très souvent bondée.

Ce buzz a au moins le mérite de faire parler de la candidate, qui assure qu'elle veut mener une campagne de proximité. "Je ne suis pas une fan des meetings, glisse-t-elle, je veux que ma campagne touche personnellement tous les Parisiens, y compris ceux qui ne pousseraient pas la porte d’une permanence."  Certains électeurs n'oublient pas pour autant qu'elle s'était trompée sur le prix du ticket de métro parisien, en février 2012, l'évaluant à 4 euros au lieu de 1,70 euros.