Paris : la liste d'union UMP-UDI rejetée dans le 12e arrondissement

La liste déposée mardi soir ne comportait pas les documents nécessaires à sa validation.

Nathalie Kosciusko-Morizet et la candidate UMP du 12e arrondissement de Paris Valérie Montandon, le 14 janvier 2014.
Nathalie Kosciusko-Morizet et la candidate UMP du 12e arrondissement de Paris Valérie Montandon, le 14 janvier 2014. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

L'affaire fait tâche pour Nathalie Kosciusko-Morizet. La préfecture de Paris a annoncé mardi 25 mars au soir avoir rejeté pour cause de retard une liste en vue du second tour des élections municipales. Celle-ci fusionnait la liste de la candidate UMP-centre dans le 12e arrondissement Valérie Montandon, et celle du candidat UDI Benoît Pernin.

"Lundi 24 mars, Mme Montandon avait déposé régulièrement une liste pour le 12e arrondissement de Paris. Mardi 25 mars à 17h40 les représentants de Mme Montandon et de M. Pernin se sont présentés à la préfecture de Paris pour déposer une nouvelle liste, fusionnée", explique la préfecture dans un communiqué.

Mais le dossier ne comportait pas à 18 heures, heure de clôture du dépôt des listes, "les pièces prévues" par le code électoral "qui auraient permis le retrait de la liste déposée par Mme Montandon le 24 mars", à savoir "la signature de la majorité des candidats de la liste", poursuit-elle. "En conséquence la préfecture de Paris a refusé de délivrer un récépissé pour la liste fusionnée et a maintenu la liste déposée par Mme Montandon le 24 mars", conclut-elle.

"Une situation schizophrénique"

La liste déposée lundi soir comportait en numéro 4 Franck Margain, vice-président du Parti chrétien-démocrate, remplacé sur la liste de mardi par Benoît Pernin. Mardi soir, avant l'annonce du rejet par la préfecture de la liste fusionnée, le PCD de Christine Boutin avait vivement réagi au "sacrifice" de Margain, dénonçant des "méthodes de voyou" et appelant à voter contre Nathalie Kosciusko-Morizet.

"C'est une situation schizophrénique. Ils vont avoir sur leur liste Franck Margain qui a appelé à voter contre eux", a commenté le directeur de campagne de Benoît Pernin. Mardi soir, Pernin a participé à un meeting avec Montandon et NKM pour célébrer l'union de leurs listes.

Sur Twitter, Christine Boutin a dénoncé "le vrai visage" de la candidate UMP à la mairie de Paris. La gauche, elle, ne s'est pas laissée prier pour ironiser à propos de la situation.