Municipales : les maires (ré)élus dès le premier tour

De nombreuses personnalités n'auront pas à affronter un second tour. Francetv info passe en revue les succès attendus et les surprises. 

Alain Juppé (UMP) célèbre sa réélection à la mairie de Bordeaux (Gironde) au premier tour des municipales, le 23 mars 2014.
Alain Juppé (UMP) célèbre sa réélection à la mairie de Bordeaux (Gironde) au premier tour des municipales, le 23 mars 2014. (JEAN-PIERRE MULLER / AFP)
Pour eux, la victoire est déjà dans la poche. Plusieurs personnalités politiques ont été élues ou réélues dès le premier tour des élections municipales, dimanche 23 mars. Francetv info passe en revue les succès attendus et les surprises.  

De nombreux maires de droite réélus 

De nombreuses personnalités de l'UMP sont réélues dès le premier tour. Avec 60,95% des voix à Bordeaux, Alain Juppé va maintenant devoir éclaircir rapidement ses intentions pour 2017. 

Malgré l'ambiance délétère de la campagne, l'UMP Georges Tron est également réélu dès le premier tour à Draveil (Essonne), avec un score à 57,51%.  

Ses ennuis avec la justice ne l'ont pas pénalisé : le sarkozyste Patrick Balkany, maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) de 1983 à 1995, et de 2001 à aujourd'hui, est aussi réélu dès le premier tour avec 51,57% des voix. 

Le président de l'UMP Jean-François Copé, à Meaux (Seine-et-Marne) ne pâtit pas non plus des accusations de favoristime dont il fait l'objet, et récolte 64,31% dans la ville qu'il dirige depuis 1995. Porte-parole de l'UMP contre le mariage pour tous et délégué général de l'UMP en charge du projet, Hervé Mariton passe lui aussi la barre du premier tour à Crest (Drôme), avec 57,08%

Parmi les gagnants UMP du premier tour, on compte aussi François Baroin à Troyes (62,57%), Xavier Bertrand à Saint-Quentin (52,61%), Laurent Wauquiez au Puy-en-Velay (69,78%), Bernard Accoyer (62,78%) à Annecy-le-Vieux, Eric Woerth à Chantilly (74,61%), Eric Besson (61,49%) à Donzère...

Au centre, André Santini (UDI) est réélu maire d'Issy-les-Moulineaux avec 67,04% des voix. D'après lui, "le Parti socialiste a fait son plus mauvais score à Issy depuis plus de 20 ans !" Thomas Puijalon ne recueille que 20,34% des voix. Hervé Morin à Epaignes (71,97%) et Yves Jego (76,94%) à Montereau-Fault-Yonne gagnent aussi haut la main.

 La surprise Steeve Briois (FN) à Hénin-Beaumont 

 
Après avoir amélioré ses scores scrutin après scrutin depuis dix ans, le FN a enfin remporté la mairie d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), et ce dès le premier tour. Steeve Briois décroche la victoire avec 50,26% des voix quand le maire DVG sortant, Eugène Binaisse, plafonne à 32,04% des voix. Un recours a toutefois été déposé. 
 
Cette ville de 26 000 habitants devrait être la seule à être remportée par le parti de Marine Le Pen dès le premier tour.  
 
Steeve Briois, le candidat FN élu dès le premier tour des municipales à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), dimanche 23 mars 2014.
Steeve Briois, le candidat FN élu dès le premier tour des municipales à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), dimanche 23 mars 2014. (© PASCAL ROSSIGNOL / REUTERS / X00234)

Un maire de 22 ans (UMP) à Juvisy-sur-Orge 

 
Cette ville de l'Essonne bascule à droite et s'offre un maire UMP de 22 ans, Robin Reda, vainqueur surprise avec 52,57% des voix. Il devance le maire sortant Etienne Chaufour, exclu du PS en 2012 et candidat à sa propre succession sous l'étiquette du Parti radical de gauche (PRG), sa nouvelle famille politique. Ce dernier ne recueille que 32,94% des suffrages. 

 Deux ministres du gouvernement gagnent leur pari

Même s'il avait plutôt la tête en Crimée ces derniers jours, Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, était en 11e position sur la liste PS du Grand-Quevilly (Seine-Maritime). Banco, la liste de gauche emmenée par Marc Massion est réelue avec 75,97% des voix.
 
Le ministre du Travail, Michel Sapin, était quant à lui en troisième position dans sa ville de l'Indre, Argenton-sur-Creuse, qu'il a dirigée à plusieurs reprises. Sa liste passe le cap du premier tour avec 51,18%. 

L'ex-EELV Noël Mamère garde Bègles

L'édile écologiste, qui a claqué la porte d'Europe Ecologie-Les Verts en septembre dernier, récolte 51,74% des suffrages à Bègles (Gironde). Avec sa liste Union de la gauche, il devance la candidate du Front de gauche Christine Texier (19,5%) et celui de l'UMP Thierry Beer-Demander (14,35%). 

 Le leader des "bonnets rouges" réélu à Carhaix

Sa mobilisation à la tête du mouvement contre l'écotaxe et pour le développement économique de la Bretagne a-t-elle été payante ? Toujours est-il que le maire sortant de Carhaix-Plouguer (Finistère) et leader des "Bonnets rouges" Christian Troadec est réélu dès le premier tour. L'élu divers gauche obtient 65,78% des suffrages. 
 
Le maire de Carhaix (Finistère) et leader des \"bonnets rouges\", Christian Troadec, lors d\'une manifestation dans sa ville, le 30 novembre 2013.
Le maire de Carhaix (Finistère) et leader des "bonnets rouges", Christian Troadec, lors d'une manifestation dans sa ville, le 30 novembre 2013. (FRED TANNEAU / AFP)

L'épouse de l'ancien maire, Caroline Bartoli, remplit son contrat à Propriano

Elle avait défrayé la chronique après une pitoyable intervention télévisée : Caroline Bartoli, chargée par son mari inéligible (PRG) de garder la mairie de Propriano (Corse-du-Sud), a rempli son contrat. Elle a été élue avec 69,49% des voix. Si tout se passe comme prévu, elle devrait démissionner pour qu'une nouvelle élection soit organisée dès que son mari sera à nouveau éligible.