Municipales : guerre fratricide à Lyon

Direction la ville de Lyon (Rhône), fief de Gérard Collomb, à quelques jours du second tour des élections municipales. L'ancien maire soutient le candidat les Républicains face à ses anciens alliés de gauche.

FRANCEINFO

Pendant vingt ans, sur Lyon (Rhône) et sa métropole, Gérard Collomb a régné en maître. Mais ses anciens alliés de gauche sont devenus ses ennemis. Et ses adversaires d’antan, la droite, fait liste commune avec lui au second tour des élections municipales, dimanche 28 juin.

Cet accord a été négocié afin de faire barrage aux écologistes, largement en tête après le premier tour, et en catastrophe il a fallu se trouver des points communs. "Nous allons vivre une grande crise économique, et on sait bien que les Verts, ce n'est pas leur spécialité que de gérer l'économie. Ensemble, nous avons à peu près la même vision sur le développement économique de cette agglomération", assure Gérard Collomb, accompagné de François-Noël Buffet (LR).

"Une alliance anti-écologiste" d'après EELV

Pour les Verts, Gérard Collomb allié à la droite, c’est la coalition anti-climat. "Il s'allie avec son adversaire de droite, qui était son opposition, pas autour d'un projet, mais simplement pour battre les écologistes, alors qu'au premier tour, il expliquait qu'il fallait faire plus d'écologie", relève Bruno Bernard, tête de liste EELV.

François-Noël Buffet, l’allié de Gérard Collomb, brandit l'alliance "des écologistes radicaux et de l'extrême gauche" comme "une aventure au sens du danger" pour la métropole. En embuscade, il y a l’ancien dauphin de Gérard Collomb, David Kimelfeld.

Le JT
Les autres sujets du JT
Yann Cucherat, Gérard Collomb, Francois-Noël Buffet et Etienne Blanc (de gauche à droite), lors de la conférence de presse annonçant leur alliance, le 28 mai 2020, à Lyon.
Yann Cucherat, Gérard Collomb, Francois-Noël Buffet et Etienne Blanc (de gauche à droite), lors de la conférence de presse annonçant leur alliance, le 28 mai 2020, à Lyon. (JEFF PACHOUD / AFP)