Municipales 2020 : l'inquiétude des listes communautaires

À quatre mois des municipales, et après la marche contre l'islamophobie, l'inquiétude grandit autour des listes communautaires. La droite s'est emparée du sujet.

Bruno Retailleau et Xavier Bertrand ont fait des propositions au ministère de l'Intérieur contre les listes communautaires. Est-ce possible de les interdire ? "C'est toute la question. Le gouvernement répond 'non'. La Constitution permet à toutes les idées de se présenter devant les électeurs français. Christophe Castaner propose des solutions comme faire passer une circulaire aux préfets si des propos antisémites étaient tenus sur des professions de foi", avance Jean-Baptiste Marteau, journaliste politique de France Télévisions. "Pas suffisant aux yeux de beaucoup d'observateurs et de politiques, donc la droite s'est emparée de ce sujet", ajoute-t-il.

Empêcher certaines idées

"Nous n'avons pas envie que la question de ces lites devienne le feuilleton des municipales", a dit Xavier Bertrand au sortir de l'entrevue au ministère de l'Intérieur. "Un Islam politique en France tente de construire une contre-société, qui est une contre-société avisée, séparatiste", a ajouté Bruno Retailleau. "Ils aimeraient bien une loi pour empêcher certaines idées comme organiser des créneaux pour les femmes dans les piscines municipales. À moyen terme, il faudra réviser la constitution dit Xavier Bertrand (…) Aux dernières Européennes, ils ont fait (UDMF, l'Union démocrate des musulmans de France) moins de 29 000 voix. C'est insignifiant, mais dans certaines villes, ils peuvent prétendre à avoir des élus. Beaucoup de responsables politiques redoutent que, derrière des listes républicaines se glissent un ou deux membres de ces partis. Ce serait plus difficile d'interdire ces listes", décrypte Jean-Baptiste Marteau.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, le 20 février 2019 à Lille (Nord).
Le président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, le 20 février 2019 à Lille (Nord). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)