Communes : des vœux à l'économie

France 3 suit les vœux de trois communes du Haut-Rhin, qui célèbrent la bonne année de manières différentes. 

Voir la vidéo
FRANCE 3

Dans son bureau de la mairie de Wintzenheim (Haut-Rhin), Serge Nicole rédige des cartes de vœux pour ses administrés. Depuis la crise de 2008, il a renoncé aux cérémonies trop coûteuses. André Beyer, maire de Walbach (Haut-Rhin), lui, a préféré une solution moins radicale pour sa commune de 930 habitants, avec petits fours et crémant seulement pour les nouveaux arrivants, les jeunes et associations locales. "Déjà, c'est une réception qui ne coûte pas grand-chose, sauf le relationnel avec les gens", explique le maire. 40 convives pour un total de 500 € : une initiative qui fait plaisir aux habitants.

Ne pas supprimer les moments de convivialité

À Cernay (Haut-Rhin), pas question de déroger à la tradition : le maire accueille lui-même ses invités. Plus de 500 personnes sont ainsi venues écouter la fanfare et déguster les mignardises. Certes, tout cela a un coût, mais Michel Sordi l'assume. "Il ne faut pas supprimer les moments de convivialité. Si vous supprimez ces moments-là, on perd tous ces liens, et toutes les attaches", déclare-t-il. Les vœux devraient être beaucoup plus nombreux l'année prochaine, avec les élections municipales.

Le JT
Les autres sujets du JT
La mairie de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), en février 2008.
La mairie de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), en février 2008. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)