Municipales : un "kit d'animation" mis en ligne pour donner envie aux personnes handicapées mentales d'aller voter

Ces électeurs potentiels ne se sentent pas ou plus concernés par les élections. Le kit vise à leur redonner la motivation pour aller voter.

Un électeur vote à Pantin, près de Paris, le 23 avril 2017 (illustration).
Un électeur vote à Pantin, près de Paris, le 23 avril 2017 (illustration). (BENJAMIN CREMEL / AFP)

Donner le goût du vote : c’est l’objectif du "kit d’animation" mis en ligne mercredi 5 février par le think tank Cercle Vulnérabilités et société pour inciter les Français en situation de fragilité mentale à retrouver le chemin des urnes à l’approche des élections municipales de 2020.

Plus deux millions de Français sont touchés par un handicap mental, une maladie neuro-dégénérative ou des troubles du vieillissement. Parmi eux, des électeurs potentiels qui ne se sentent pas ou plus concernés par les élections. Ce kit élaboré pour "une (re)mise en mouvement des personnes" vise à lever le principal frein au vote : la motivation.

300 000 personnes concernées

Composé notamment de fiches pratiques et de vidéos, ce kit va permettre aux équipes éducatives d’agir en amont du vote auprès d'électeurs en situation de fragilité mentale. L'objectif n'est pas de les amener à voter absolument, mais qu'ils prennent conscience de leurs droits civiques et des enjeux électoraux comme n'importe quel citoyen.

Il faut décomplexer les personnes en leur permettant de prendre conscience qu’ils sont des citoyens de plein exercice" et "les relégitimer en tant qu’acteurs concernés par les enjeux du vote.Cercle Vulnérabilités et sociétéà franceinfo

La loi du 24 mars 2019 permet aux personnes majeures sous tutelle d’aller voter. 300 000 personnes sont concernées par ce nouveau droit. Parmi elles, des adultes en situation de handicap mental. Mais les dernières élections européennes ont montré que ce droit avait été assez peu exercé, selon les associations qui travaillent auprès de ces populations, même s'il est difficile de connaître les chiffres exacts au ministère de l'Intérieur.

Un parcours du combattant administratif

Selon l'Unapei (Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales, et de leurs amis), le premier des obstacles que rencontrent les personnes handicapées mentales est administratif : "L’inscription sur les listes électorales des personnes sous tutelle est rendue difficile, car les services d’état civil des mairies n’ont pas connaissance des évolutions réglementaires, notamment les petites mairies", explique l'association. Certaines personnes rencontrent aussi des difficultés pour se faire établir une carte nationale d'identité. L'Unapei a saisi le ministère de l’Intérieur et le défenseur des droits de ce sujet. Un parcours du combattant qui rend l'accès au vote difficile.

Plus de 46% de personnes handicapées intellectuelles ne sont pas inscrites sur les listes électorales par "manque de connaissance des démarches à réaliser", selon une enquête de juin 2019 réalisée par l'association Nous Aussi avec l’appui de la fédération Ancreai. Plus d'un quart d'entre eux ne savaient pas qu'ils avaient tout simplement le droit de voter.

La loi a donc ouvert de nouveaux droits civiques à une population qui, jusqu’à maintenant, en était exclue. Mais pour autant, l’exercice du vote ne va pas de soi. Au-delà des difficultés administratives, il faut donc continuer à sensibiliser.

Il est nécessaire de mobiliser progressivement les populations concernées afin de faire entendre la voix de tous au sein de la démocratie et concourir à une société réellement inclusive.Cercle Vulnérabilités et Sociétéà franceinfo

À destination des structures sociales et médico-sociales, ce kit a été réalisé avec l’aide d’acteurs clés du secteur : L'Armée du Salut, Vivre et Devenir, L’Arche en France, France Alzheimer, la Croix-Rouge Française et le groupe Korian. Il est téléchargeable gratuitement sur le site du Cercle Vulnérabilités et Société.

Autre initiative : l’Association nationale des personnes handicapées intellectuelles Nous Aussi lance, en collaboration avec le CREAI Nouvelle-Aquitaine, un jeu numérique appelé Nos droits Aussi. "Ce jeu a été élaboré pour, par et avec des personnes en situation de handicap intellectuel", explique l'association. Le but de ce jeu pédagogique : accompagner Maxime, travailleur handicapé en Esat et sous curatelle, dans la découverte de ses droits de citoyen-électeur : comment s’inscrire sur les listes électorales, comment faire une procuration, comment pouvoir se faire accompagner dans l’isoloir… Il est téléchargeable sur le site de l'association Nous Aussi et bientôt disponible gratuitement sur les plateformes Apple et Android.