Législatives : la dissolution, une arme à double tranchant pour Emmanuel Macron

Publié
Législatives : la dissolution, une arme à double tranchant pour Emmanuel Macron
FRANCEINFO
Article rédigé par
T. Petit - franceinfo
France Télévisions

Face à l'absence de majorité absolue du camp présidentiel, l'hypothèse d'une dissolution de l'Assemblée nationale point. Mais elle pourrait aussi se retourner contre Emmanuel Macron.

En cas de blocage, Emmanuel Macron est en droit de dissoudre l'Assemblée nationale dès à présent, après consultation du Premier ministre et des Présidents des assemblées. En pareil cas, de nouvelles élections législatives sont organisées entre 20 et 40 jours après la décision. Le président ne peut en revanche pas recourir à une dissolution plus d'une fois par an.

Le précédent Chirac en 1997

Pour Emmanuel Macron, la dissolution peut être un outil efficace pour rebattre les cartes et espérer récupérer des sièges. Mais c'est une arme à double tranchant. En 1997, Jacques Chirac avait vu sa décision de dissoudre l'Assemblée se retourner contre lui : le président perd sa majorité et se voit contraint de cohabiter avec la gauche en nommant un Premier ministre socialiste, Lionel Jospin. En revanche, Charles de Gaulle et François Mitterrand ont chacun recouru à deux dissolutions et gagné à chaque fois de nouveaux sièges.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.