Politique : "Il n'y a pas d'arrangement possible" avec un gouvernement d'Emmanuel Macron, affirme le député LFI Adrien Quatennens

Participer à un gouvernement de coalition "n'aurait aucun sens" et serait "illisible", a déclaré dimanche le numéro 2 de La France insoumise.

Le numéro 2 de La France insoumise Adrien Quatennens à la sortie de l\'Elysée, le 22 juin 2022.
Le numéro 2 de La France insoumise Adrien Quatennens à la sortie de l'Elysée, le 22 juin 2022. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

"Nous avons un mandat et il est clair, celui d'être dans l'opposition". Le numéro 2 de La France insoumise, Adrien Quatennens, a affirmé dimanche 26 juin qu'il n'y avait "pas d'arrangement possible" avec un gouvernement d'Emmanuel Macron. Il n'y a "pas de risque" d'un éclatement de la coalition de gauche sur la question, a-t-il ajouté dans l'émission "Questions politiques", sur France Inter, franceinfo et Le MondeParticiper à un gouvernement de coalition "n'aurait aucun sens" et serait "illisible", car "on n'a pas entendu [Emmanuel Macron] bouger ni reculer d'un iota sur la réforme des retraites, ni sur la volonté d'imposer 15 à 20 heures de travail en contrepartie du RSA", a-t-il notamment argumenté. Ce direct est désormais terminé.

Bayrou s'interroge sur "l'utilité" de l'inscription du droit à l'IVG dans la Constitution. Le leader du MoDem s'est interrogé sur BFMTV sur l'opportunité d'inscrire dans la Constitution le droit à l'avortement. Le leader centriste fait ainsi entendre une voix dissonnante au sein de la majorité sur ce sujet. 

LR ne veut "pas servir de béquille au pouvoir". Emmanuel Macron "va devoir sortir de la méthode jupitérienne dont les Français ne veulent plus". Dans une interview au Journal du dimanche, le nouveau chef de file des députés Les Républicains à l'Assemblée nationale donne le ton. "Nous voulons être utiles aux Français, pas servir de béquille au pouvoir. C'est ce qui nous animera lors de l'examen de chacun des textes", prévient Olivier Marleix. Alors que les macronistes ont perdu la majorité absolue il y a une semaine aux élections législatives, les tractations pour des alliances se poursuivent au Palais-Bourbon. 

 Elisabeth Borne chargée de former un "gouvernement d'action" début juillet. Dans un entretien samedi à l'AFP, Emmanuel Macron a "confirmé" sa confiance à Elisabeth Borne et a chargé la Première ministre de sonder les groupes parlementaires afin de former un "gouvernement d'action" début juillet.

Emmanuel Macron écarte le RN et LFI du champ des partis de gouvernement. "Ce sera des communistes aux LR. Les Français ont accordé une légitimité aux députés RN et LFI et ces partis ont une formation politique. Je ne confonds pas les extrêmes mais, par leur expression, leur positionnement – j'ai toujours été clair sur ce sujet –, ces formations ne s'inscrivent pas comme des partis de gouvernement", a clarifié Emmanuel Macron dans cette interview.

Un agenda chargé à l'Assemblée. A partir de mardi s'ouvre une semaine de votes pour l'attribution des postes clés de l'institution, dont celui du perchoir, qui devrait revenir à l'ex-ministre des Outre-mer, Yaël Braun-Pivet. Avant 18 heures, les groupes devront remettre à la présidence de l'Assemblée leurs déclarations politiques et pourront, le cas échéant, se déclarer d'opposition. Jeudi, les projecteurs seront braqués sur la commission des finances, dont le président doit être membre de l'opposition.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #POLITIQUE

23h10 : Terminons cette semaine en rappelant les principales informations du jour :

• Face à l'inflation, le gouvernement va proposer un plafonnement de l'augmentation des loyers à 3,5% sur un an et une augmentation des APL de 3,5% également, confirme à franceinfo une source au sein du ministère de la Transition écologique.

• Les syndicats de chauffeurs routiers appellent au blocage de toutes les zones industrielles de France, demain matin, pour réclamer des négociations sur des hausses de salaires.

• Face au risque de pénurie de carburants, d'électricité et de gaz cet hiver, TotalEnergies, EDF et Engie appellent les Français à réduire "immédiatement" leur consommation. Le gouvernement confirme de son côté envisager le redémarrage, provisoire, d'une centrale électrique à charbon à Saint-Avold (Moselle).


• Huit départements de l'est de la France sont toujours placés en vigilance orange pour des risques d'orages, annonce Météo France.


L'équipe de France féminine de basket à trois a remporté le championnat du monde pour la première fois. Les garçons, eux, ont décroché la médaille de bronze.

22h46 : "C'est une déception et une incompréhension", réagit sur franceinfo Jean-Yves Mano, président de l'association Consommation logement cadre de vie, qui y voit une victoire du "lobby des propriétaires". Plutôt qu'un plafonnement de la hausse des loyers à 3,5%, l'association espérait un gel total pendant un an. Cela aurait permis au gouvernement de ne pas augmenter les APL et "d'économiser ainsi un milliard d'euros", estime Jean-Yves Mano.

22h42 : Face à l'inflation, le gouvernement propose de plafonner la hausse des loyers à 3,5% sur un an, et de revaloriser les APL de 3,5%, a appris franceinfo d'une source au sein du ministère de la Transition écologique (en charge du logement), confirmant une information de l'AFP.

21h32 : Tout à l'heure, la Première ministre Elisabeth Borne a commémoré sur Twitter un épisode historique pour la Nouvelle-Calédonie, la poignée de main entre Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou. Le signe qu'elle a repris en main le portefeuille des Outre-Mer qui vient de lui être confié : la ministre Yaël Braun-Pivet a en effet démissionné pour briguer la présidence de l'Assemblée, et le prochain gouvernement n'est attendu que début juillet.

21h54 : "Au Danemark, en Allemagne, en Italie ou en Espagne, il y a un compromis qui est entièrement construit sur de longues négociations. Là (...) Emmanuel Macron a fixé une feuille de route très brève à Elisabeth Borne, il faut que tout soit bouclé début juillet. Et pour l'instant, c'est plutôt des contacts individuels plutôt qu'une négociation (...) pour essayer de construire un contrat de gouvernement pérenne".

Sur franceinfo, le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po, analyse la situation inédite dans laquelle est plongée la politique française. Pour lui, elle n'est pas comparable aux régimes parlementaires de nos voisins.

20h13 : Stéphane Le Foll, qui s'était présenté contre Anne Hidalgo dans un vote interne pour désigner le candidat du PS à la présidentielle, veut attirer les décus de son parti. Il affirme au Maine libre qu'il réunira le 16 juillet à Arnage (Sarthe) plusieurs figures socialistes également opposées à la Nupes, comme l'ex-Premier ministre Bernard Cazeneuve ou la présidente de la région Occitanie Carole Delga.

20h12 : "Il s'agit de commencer à travailler sur une nouvelle gauche, dans son organisation, son programme qui rassemble les socio-démocrates, les écologistes réformistes, des républicains qui sont attachés à l'universalisme".


Stéphane Le Foll annonce son intention de créer "une nouvelle fédération de la gauche" dans une interview qui sera publiée demain dans Le Maine libre. Le maire du Mans s'était opposé à la participation du Parti socialiste à la Nupes.

19h50 : J'ai généralement des élèves de 3 à 4 classes différentes regroupés. Me trouver une heure libre dans l'emploi du temps des élèves est déjà difficile. Comment penser que, si je suis absent une semaine, je pourrais faire double horaire la semaine d'après ? Ce ne sera possible que le soir ou le samedi matin. Serai-je payé en heures supplémentaires ? Sachant que dans l'Education nationale, les heures supplémentaires sont payées moins cher que les heures normales à partir de l'échelon 6.

19h50 : Mais les profs ont des plannings chargés, ne sont pas forcément libres pour les doubles doses aux heures du prof à remplacer ! Ça va être un casse tête épouvantable !

19h49 : Est-ce que la proposition du ministre est bien réaliste ? Le prof de français a toutes les chances d'avoir cours avec une autre classe à l'heure où le créneau du prof d'histoire-géo est libre ! Une réaction des syndicats de l'éducation, peut-être ?

19h49 : Dans les commentaires, vous êtes nombreux à réagir à l'idée avancée hier par Pap Ndiaye au sujet du remplacement des absences dans l'Education nationale. Pour répondre à , les syndicats ont davantage réagi aux annonces salariales du ministre qu'à cette déclaration. Le Snuep-FSU estime cependant, sur Twitter, que sa proposition contribuerait à "dégrader les conditions de travail" et demande des recrutements.

19h13 : Dans son propos au Parisien, Pap Ndiaye n'entre pas davantage dans le détail du type d'absences qui pourront être concernées par ce rattrapage, et donc si cette idée porte sur les arrêts maladie ou sur d'autres absences (dans la suite de l'interview, il évoque notamment les heures de cours perdues du fait des formations suivies par les enseignants).

19h13 : Bonjour . Voici ce que suggère le nouveau ministre de l'Education nationale, que Le Parisien interrogeait sur les absences de moins de quinze jours : "Nous voulons faire en sorte qu’une absence du professeur d’histoire-géographie, par exemple, soit compensée par son collègue, disons, de français", propose-t-il. "Il utilisera ces heures pour faire une double dose de français, et quand le collègue d’histoire-géo reviendra, il compensera en prenant sur les heures de français."

19h12 : #PapNdiaye souhaite que les enseignants en arrêt maladie (déjà l’une des professions les moins en arrêt) rattrapent leurs heures à leur retour, contre le droit du travail, dans son interview au Parisien. Vous confirmez ?

15h54 : "Maintenir le projet de Macron sur les retraites, c'est un point dur, c'est un problème pour nous", déclare sur LCI le patron des communistes, Fabien Roussel. "Nous ne pouvons pas participer à un gouvernement qui prévoit d'allonger l'âge de départ à la retraite".

15h52 : Pour Emmanuel Macron, LFI et le RN ne sont pas républicains mais il fait la distinction au sein de La France insoumise entre ceux qui sont réellement républicains et ceux qui entretiennent des ambiguïtés, selon les propos rapportés par le service politique de France Télévisions. Le chef de l'Etat ne met pas de signe égal entre le RN et LFI et se dit plutôt optimiste sur l'hypothèse d'un accord de coalition.

15h51 : En marge du G7, le président de la République a rencontré la presse française avec laquelle il est resté une vingtaine de minutes, rapporte le service politique de France Télévisions. Emmanuel Macron a rappelé sa légitimité et la majorité qu'il a obtenue à l'Assemblée, même si ce n'est pas celle voulue. Il s'est dit toujours ouvert au compromis mais a rappelé que cela se fera sur son programme.

13h38 : Bonjour @Nini, si si, François Bayrou a raison. L'adoption définitive d'un projet ou d'une proposition de loi constitutionnelle est subordonnée à son approbation par référendum, rappelle le site de l'Assemblée nationale. Cela n'est pas obligatoire pour un projet de loi constitutionnelle (proposé par le gouvernement), le président de la République pouvant écarter le recours au référendum en le soumettant à l’approbation des deux assemblées réunies en Congrès. Or, pour le moment, la constitutionnalisation du droit à l'IVG est proposée par la majorité via une proposition de loi constitutionnelle, qui implique donc un référendum sur cette question.

13h23 : Il ne s'agit pas d'un référendum, monsieur Bayrou.Merci d'inaugurer les crèches de Pau

13h36 : Voilà une voix dissonante au sein de la majorité. François Bayrou se prononce, sur BFMTV, contre la constitutionnalisation du droit à l'avortement. "Est-ce que c'est utile au pays en ce moment d'aller organiser un référendum sur cette question ? (...) Est-ce qu'aujourd'hui, franchement, dans l'état dans lequel se trouve le pays (...) est-ce qu'il est bon, utile, de faire ça alors même qu'à ma connaissance, aucun courant politique ne met en cause la loi Veil et ce qu'elle est devenue ?", interroge le patron du MoDem.

12h50 : "Nous allons présenter une grande loi d’urgence sociale dans laquelle il y aura l’augmentation du SMIC" annonce @AQuatennens, "le dégel du point d’indice, la revalorisation des fonctionnaires de 10%, et aucune pension sous le SMIC pour une carrière complète." https://t.co/SCyuwtlhAO

12h50 : Sur France Inter, le député LFI Adrien Quatennens détaille les propositions que va faire son groupe à l'Assemblée nationale.

12h45 : "La vérité est que ça ne se fera pas sur la forme des partis politiques qui se rallieraient ou des groupes parlementaires qui se rallieraient à la majorité présidentielle. Je n'y crois pas", assure sur BFMTV François Bayrou. Le président du MoDem livrait son sentiment sur la possibilité d'une coalition pour gouverner le pays.

12h27 : ‘@AQuatennens, député et coordinateur de La France insoumise, sur le poste de président de la commission des Finances : "Il revient à la Nouvelle union populaire et à La France insoumise. Notre candidat sera Eric Coquerel." https://t.co/8JZftInJDc

12h39 : "Notre candidat [pour le poste de président de la commission des finances] sera Eric Coquerel", confirme sur France Inter le député LFI Adrien Quatennens.

12h37 : Elle sera la première femme à occuper le perchoir. Le Parisien tire le portrait de Yaël Braun-Pivet, la candidate de la majorité pour la présidence de l'Assemblée nationale. "Je viens de la société civile et mon parcours est avant tout une ode à l’engagement. Il démontre que les Français ne veulent plus des professionnels de la politique qui font carrière", explique-t-elle.

18h02 : Il est midi, voici les titres :

Huit départements de l'est de la France sont placés en vigilance orange pour des risques d'orages, annonce Météo France.

• L'Ukraine réclame plus d'armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), après la frappe russe plus tôt dans la matinée sur un quartier résidentiel proche du centre de Kiev. Suivez notre direct.

• Emmanuel Macron a confirmé Elisabeth Borne comme Première ministre et l'a chargée de former un nouveau gouvernement début juillet. Suivez notre direct.

• Les trois principaux fournisseurs d'énergie en France appellent à une réduction de la consommation face à la flambée des prix, dans une tribune publiée dans Le Journal du dimanche


10h49 : Le député de la majorité Gilles Le Gendre se dit "tout à fait favorable", sur franceinfo, à ce que la Première ministre engage la responsabilité du gouvernement devant l’Assemblée nationale par un vote de confiance.

09h32 : Bonjour @interessee, vous pouvez retrouver les principales annonces du ministre de l'Education nationale dans notre article. Pap Ndiaye promet notamment un salaire mensuel de 2 000 euros net pour les professeurs débutants en 2023.



(XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

09h32 : Bonjour et excellent dimanche à tous. Ou peut on trouver l interview du Ministre de l Éducation Nationale sans être abonnée au Parisien? Merci à vous

12h15 : La semaine s'annonce très chargée à l'Assemblée nationale. Voici le programme :

Mardi, 15 heures : les députés se réunissent pour la première fois de cette 16e législature. Ils vont se prononcer pour celui ou celle qui occupera le perchoir. Sauf énorme surprise, ce devrait être Yaël Braun-Pivet, ex-ministre des Outre-mer et candidate de la majorité.

• Mardi, 18 heure : les groupes doivent remettre leurs déclarations politiques, accompagnées de la liste de leurs membres et des députés apparentés.

Mercredi, 15 heures : seront nommés, éventuellement par scrutin s'il y a pluralité de candidats, les membres du bureau de l'Assemblée nationale, sorte de conseil d'administration de l'institution. Il s'agit des six vice-présidents, des trois questeurs et des douze postes de secrétaires.

• Jeudi, 10h30 : la lutte se déploiera dans les huit commissions permanentes de l'Assemblée (finances, lois, affaires économiques, affaires sociales...) pour l'élection de leurs directions.

12h12 : Dès son élection en 2017, Emmanuel Macron s'est posé en adversaire de l'extrême droite puis, plus récemment, "des extrêmes", dans lesquels il inclut La France insoumise. De ce point de vue, le résultat des législatives ressemble à un échec. Avec Benoît Jourdain, nous avons interrogé des politologues pour évaluer la part de responsabilité du chef de l'Etat dans la percée du RN et la domination de LFI à gauche.



(LUDOVIC MARIN / AFP)

12h11 : Il est 9 heures, faisons un point sur l'actu :

Yaël Braun-Pivet, qui était ministre des Outre-mer depuis un mois et devrait devenir mardi présidente de l'Assemblée nationale, est sortie du gouvernement, selon un décret publié aujourd'hui au Journal officiel. De son côté, Elisabeth Borne est confortée comme Première ministre et est chargée, par Emmanuel Macron, de former un nouveau gouvernement début juillet.

Quatre explosions ont été entendues à Kiev tôt ce matin, touchant un complexe résidentiel proche du centre de la capitale. Cette frappe a pour objectif d'"intimider les Ukrainiens" à l'approche du sommet de l'Otan (du 28 au 30 juin à Madrid), a estimé le maire de la capitale ukrainienne, Vitaly Klitschko.

Le chef de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré hier que la flambée mondiale de variole du singe était une menace sanitaire dont l'évolution était très inquiétante, sans atteindre pour le moment le stade d'une urgence sanitaire mondiale.

L'Américaine Sydney McLaughlin a battu son record du monde du 400 m haies en 51''41, hier à Eugene (Oregon), pour devenir championne des Etats-Unis sur la distance et valider son ticket pour les Mondiaux dans trois semaines.