Législatives 2022 : l'ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve annonce quitter le PS après l'accord du parti avec La France insoumise

Il l'a déclaré, mercredi, dans un entretien au quotidien régional "La Manche libre".

Bernard Cazeneuve, ancien Premier ministre et ministre de l\'Intérieur, était l\'invité du \"8h30 franceinfo\" du mercredi 2 septembre 2020.
Bernard Cazeneuve, ancien Premier ministre et ministre de l'Intérieur, était l'invité du "8h30 franceinfo" du mercredi 2 septembre 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)
Ce qu'il faut savoir

"J'ai quitté le Parti socialiste", a annoncé l'ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve, mercredi 4 mai, à la suite de l'accord entre le parti de la rose et La France insoumise. Dans un entretien au quotidien régional La Manche libre (article abonnés), il dénonce une nouvelle fois "la violence, l'outrance des positions, les insultes aussi lorsque j'étais au gouvernement, notamment lorsque s'est produite la tragédie de la mort de Rémi Fraisse". Il souligne également ses divergences sur la laïcité et l'Union européenne : "J'ai aussi une conception nette et ferme de la laïcité, de la République, qui interdit toute convergence avec ceux dont la pensée sur ces questions est plus qu'ambiguë. Et puis il y a cette hostilité ancienne de la LFI au projet européen auquel je ne saurais me résoudre." Suivez notre direct.

Des maires socialistes appellent à voter en faveur de l'accord. Les maires de Nantes, Rennes, Clermont-Ferrand, Nancy, Cherbourg et Villeurbanne appellent à voter en faveur de l'accord avec LFI. Selon eux, il "répond à une aspiration profonde des femmes et des hommes de gauche de retrouver un chemin d'espoir", écrivent-ils dans un communiqué.

François Hollande devient frondeur. L'ancien président de la République a annoncé au quotidien régional La Montagne qu'il "récusait" l'accord entre La France insoumise et le Parti socialiste. "Je récuse l'accord sur le fond et même sur les circonscriptions. Mais c'est une question qui doit être tranchée par le conseil national du PS", a déclaré l'ex-président socialiste.

 Fumée blanche à gauche. La France insoumise et le Parti socialiste ont annoncé, mercredi, être parvenus à un accord pour les législatives. "Nous voulons faire élire des députés dans une majorité de circonscriptions, pour empêcher Emmanuel Macron de poursuivre sa politique injuste et brutale et battre l'extrême droite", déclarent les deux formations dans un communiqué commun. Les socialistes voteront ensuite lors d'un conseil national, jeudi 5 mai à 19 heures, pour valider cet accord. 

Si le PS "continue à être ce qu'il est aujourd'hui, je partirai", déclare Stéphane Le Foll. L'ancien ministre socialiste de l'Agriculture, invité des "4 Vérités" mercredi matin, déplore que le PS "tourne le dos à son histoire", notamment sur la question européenne. Le maire du Mans estime que la perspective de victoire de la gauche à l'Assemblée "est une fable, un leurre", au regard des résultats d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen à la présidentielle.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #POLITIQUE

22h37 : Il est l'heure de notre best-of. Voici les contenus qu'il ne fallait pas rater sur notre site :

que contient l'accord entre le Parti socialiste et La France insoumise ? Franceinfo fait le point sur l'aboutissement des négociations.

Retrouvez l'entretien avec Cédric Maurin, rescapé du Bataclan. Les parties civiles ont à nouveau déposé devant la cour d'assises spéciale de Paris, après huit mois d'audience.

Lutter contre le réchauffement climatique, améliorer son pouvoir d'achat, soutenir le peuple ukrainien... Les Français sont nombreux à vouloir faire d'une pierre trois coups, en réduisant leur consommation d'énergie. Mais sobriété et efficacité restent parfois difficiles à atteindre.

21h52 : Malgré les oppositions de Bernard Cazeneuve, Stéphane Le Foll ou Jean-Marc Ayrault, les maires de Rennes, Nancy, Nantes, Clermont-Ferrand, Villeurbanne et Cherbourg-en-Cotentin affichent leur soutien à l'accord négocié entre le PS et la France insoumise. "En responsabilité, nous appelons les socialistes à valider cet accord, écrivent-ils, qui ouvre la perspective du rassemblement de la gauche et des écologistes en vue des élections législatives".

21h25 : Quelles sont les circonscriptions laissées au Parti Socialiste dans le Rhône, la Loire, l'Ain, la Drôme et l'Ardèche ? France 3 Auvergne-Rhône-Alpes fait le point. Le PS intègre la NUPES (Nouvelle Union Populaire Sociale et Ecologique) à l'occasion de la course aux législatives. Le Rhône, Loire, Ain, Drôme et Ardèche comptent 32 circonscriptions : dans combien d'entre elles le Parti socialiste va-t-il présenter un candidat ? (FRANTZ BOUTON / MAXPPP)

21h20 : "Union sacrificielle" ou "bonne nouvelle" ? En Aquitaine, si les responsables socialistes se réjouissent d'un rassemblement de la gauche, la redistribution des circonscriptions laisse parfois un goût amer, rapporte France 3 Nouvelle-Aquitaine.

21h14 : Après Bernard Cazeneuve, Jean-Marc Ayrault et Stéphane Le Foll, c'est au tour de la socialiste Valérie Rabault de réagir à l'accord négocié entre le PS et la France insoumise. Dans un communiqué adressé à France Télévisions, celle qui a dit avoir refusé un poste de Premier ministre, affirme que "soutenir cet accord" la conduirait à "trahir" ses collègues. "C'est pourquoi je ne peux soutenir cet accord", a-t-elle conclu. La députée socialiste Valérie Rabault à l'Assemblée nationale, le 1er mars 2022. (BERTRAND GUAY / AFP) (BERTRAND GUAY / AFP)

21h08 : bonsoir . Retiré de la vie politique française depuis son départ de Matignon, Bernard Cazeneuve a repris sa carrière d'avocat en réintégrant le cabinet d'avocats d'affaires August Debouzy, rapporte France 3 Normandie, qui revient sur le parcours de l'ex-Premier ministre, membre du Parti socialiste pendant 35 ans. Bernard Cazeneuve quitte le PS après 35 ans de bons et loyaux services. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

21h08 : Merci France Info pour votre réponse! Et depuis 2017 (5ans quand même!), que fait Mr Bernard Cazeneuve? Un mandat quelconque?

20h01 : Voici le point sur l'actualité :

• L'ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve annonce qu'il quitte le Parti socialiste après que La France insoumise et le PS ont conclu un accord pour les législatives. Suivez notre direct.

• La volonté de l'Union européenne d'interdire les importations de pétrole russe et d'imposer de nouvelles sanctions afin de "faire payer le prix fort" de la guerre en Ukraine au président Vladimir Poutine a été freinée par le Hongrois Viktor Orban. Budapest a en effet déclaré que le projet ne pouvait "pas être soutenu dans sa forme actuelle".

• Le procès de la femme de 38 ans suspectée d'avoir commis des violences sur un pompier lors de la manifestation du 1er-Mai a été renvoyé au 1er juin, par le tribunal correctionnel de Paris.


Qui, du Real Madrid ou de Manchester City, s'offrira un ticket pour la finale de la Ligue des champions ? Les deux clubs mythiques s'affronteront à 21 heures. En attendant l'heure fatidique, franceinfo revient sur les performances de l'attaquant Karim Benzema, particulièrement en forme ces derniers temps.

19h43 : Bernard Cazeneuve n'est pas le seul Premier ministre de François Hollande à réagir à l'accord passé entre le PS et la Nouvelle Union à gauche. L'ancien Premier ministre socialiste, Jean-Marc Ayrault, a qualifié de "rafistolage" l'accord conclu entre la France insoumise (LFI) et le PS pour les législatives de juin, regrettant une "forme de démission" qui risque de fracturer son parti.

(Ludovic MARIN / AFP)

19h37 : Selon notre journaliste politique Daïc Audouit, la "majorité silencieuse" au Parti socialiste est favorable à l'accord passé avec La France insoumise. "Il faut faire l’accord avec Mélenchon parce que c’est ce que souhaite notre électorat", rapporte notre confrère. "On ne va pas rejouer éternellement les congrès PS des années 90."

19h30 : Bonsoir . Bernard Cazeneuve a fait partie de tous les gouvernements sous la présidence de François Hollande. Il a été ministre aux Affaires européennes (de 2012 à 2013), puis du Budget (de 2013 à 2014), puis ministre de l'Intérieur (de 2014 à fin 2016) et enfin Premier ministre (de 2016 à 2017).

19h23 : Bravo et respect Mr Cazeneuve !

19h23 : Le Ps est un parti qui a toujours défendu l'Europe, favorable à la Veme République. S'allier avec ce parti populiste europhobe qu'est LFI est d'une incroyable tristesse. Dégoûté, je ne suis pas de cette "gauche" là

19h23 : 👋👋👋 Bernard CAZENEUVE que je rejoins tout à fait. Aux législatives, je ne voterai pas pour cette union des gauches soumises à LFI

19h22 : Mais certains saluent aussi la décision de l'ancien Premier ministre d'avoir quitté le Parti socialiste, après l'accord signé avec la France insoumise.

19h20 : Les barons du PS (Cazeneuve, Le Foll, Cambadélis) qui ont disparu pendant 5 ans sont totalement déconnectés de l'électorat de gauche qui aspire à l'union. Qu'ils quittent la vie politique !

19h19 : Tant mieux ce sont les éléphants qui ont dévoyé le parti socialiste. Qu'ils aillent rejoindre Macron!

19h19 : Les cadres du PS ne pensent qu’à leurs petits avantages et absolument pas aux électeurs qui veulent une vraie alternative à Macron ! Bon débarras !

19h18 : Bonjour, je pense que ''ces soi-disant ténors socialistes'' sont coupés de leur base depuis si longtemps, qu'ils n'entendent plus les colères du peuple. Seule une union des gauches donnera un peu d'espoir à cet électorat.

19h17 : Vous êtes nombreux à réagir après l'annonce de Bernard Cazeneuve. Beaucoup soulignent la déconnexion des ténors du parti avec leur base militante. Voici quelques-uns de vos commentaires.

18h44 : Et Bernard Cazeneuve n'est pas le seul à avoir émis l'idée de quitter le Parti socialiste si un accord était trouvé avec la France insoumise. On vous explique ici comment cet accord déchire le parti de la rose. Des sympathisants socialistes assistent à un meeting d'Anne Hidalgo, candidate du PS à la présidentielle, le 22 janvier 2022, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). (ISA HARSIN / SIPA) (ISA HARSIN / SIPA)

18h37 : Il l'avait annoncé, il l'a fait. Fidèle à ce qu'il avait déclaré hier sur sa page Facebook, l'ancien Premier ministre de François Hollande a finalement annoncé qu'il quitte le Parti socialiste, dans une interview donnée au quotidien régional La Manche libre (article payant).



(Iselyne Perez-Kovacs / Hans Lucas / AFP)

18h33 : L'ex-Premier ministre Bernard Cazeneuve annonce qu'il quitte le Parti socialiste, à la suite de l'accord trouvé entre le PS et La France insoumise.

18h01 : Voici le point sur l'actualité :

• La France insoumise et le Parti socialiste ont conclu un accord pour les législatives, faisant des compromis tant sur les circonscriptions que sur le programme. Mais le vote d'approbation interne aux socialistes s'annonce délicat.

• La volonté de l'Union européenne d'interdire les importations de pétrole russe et d'imposer de nouvelles sanctions afin de "faire payer le prix fort" de la guerre en Ukraine au président Vladimir Poutine a été freinée par le Hongrois Viktor Orban. Budapest a en effet déclaré que le projet ne pouvait "pas être soutenu dans sa forme actuelle".

"Le gouvernement Castex ira au bout du premier quinquennat d'Emmanuel Macron, qui s'achève le 13 mai minuit", a lancé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, rapportant les propos du chef de l'État lors du Conseil des ministres.

• La femme de 38 ans suspectée d'avoir commis des violences sur un pompier lors de la manifestation du 1er-Mai sera jugée en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Paris aujourd'hui, a annoncé le parquet de Paris à France Télévisions.

17h57 : @Perdu03 Tous ces partis se sont également mis d'accord pour que Jean-Luc Mélenchon soit nommé Premier ministre en cas de majorité à l'Assemblée. Mais pour arriver à cette fin, il faut d'abord l'emporter lors des élections législatives. Pour cela, ces forces se sont mis d'accord, circonscription par circonscription, pour proposer un candidat unique soutenu par l'ensemble des partis. De quoi augmenter les chances pour les candidats de gauche de recueillir un nombre de voix équivalent à au moins 12,5% du nombre d'électeurs inscrits, et ainsi accéder au second tour. Ce qui aurait été bien plus difficile si les différents mouvements étaient arrivés en ordre dispersé. J'espère avoir été clair !

17h56 : Vous avez raison de poser la question, @Perdu03 : à force d'en parler, on en oublie un peu le fond. Le principe de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale voulue par La France insoumise, Europe-Ecologie Les Verts, Génération.s et le Parti communiste français consiste à s'accorder sur un programme de gouvernement en cas de victoire lors des élections législatives. L'entente n'était pas évidente, mais ces partis se sont mis d'accord sur la revalorisation du smic à 1 400 euros, sur la retraite à 60 ans, la mise en œuvre d'une VIe République ou encore le principe de désobéir à certains traités européens pour mettre en œuvre des mesures sociales.

17h53 : En quoi consistent ces accords ? Merci

17h27 : Dans le détail, 54% des sympathisants de gauche se disent très favorables à ce projet de Nouvelle Union populaire écologique et sociale, et 30% se déclarent assez favorables à ce projet. Dans la population générale, 53% des personnes interrogées par Elabe se déclarent favorables à cette alliance.

17h33 : Si de nombreux ténors historiques du PS clament depuis quelques jours leur opposition à un accord avec La France insoumise, il semble que les sympathisants ne partagent pas leur avis. D'après une enquête de l'institut Elabe pour BFMTV, 84% des sympathisants de gauche se prononcent en faveur d'une alliance entre La France insoumise, Europe Écologie-Les Verts, le Parti socialiste et le Parti communiste français pour les élections législatives.

17h16 : L’union des gauches et des écologistes, oui, encore et toujours oui ! La soumission au programme de #LFI, non ! La volonté de LFI de faire disparaître les socialistes de l’@AssembleeNat dont des sortants est réelle. Je voterai contre ce projet de soumission au #CNPS https://t.co/o25gAtaw31

17h22 : Rachid Temal, sénateur PS du Val-d'Oise et président délégué du groupe socialiste au Sénat, annonce sur Twitter son opposition à l'accord conclu avec LFI.

16h30 : Bonjour @Gauche_unie. Une délégation du NPA doit rencontrer les "insoumis" en fin d'après-midi, mais le parti n'est pas très emballé par la présence du PS dans la coalition. "Ce parti, malgré les nombreuses ruptures en son sein, reste le parti du social-libéralisme, aux affaires dans de nombreuses régions et départements. À gauche, nous sommes des millions à vouloir tourner la page des politiques qu’il a menées", écrit le NPA dans un communiqué publié sur son site.

16h06 : Bonjour FI, et maintenant qu’en est-il du Npa , par rapport aux discussions avec Lfi ? Ils abandonnent car il y a le ps ou bien ils discutent encore ?

15h52 : Anne Hidalgo, elle, n'a pas l'intention de sortir de son silence sur l'accord conclu avec LFI, préférant "se concentrer sur Paris", a indiqué son entourage à l'AFP.

15h52 : Un accord avec la LFI ? Pas pour moi.

15h52 : Mais au fait, que pense l'entourage Anne Hidalgo de l'accord conclu par le PS avec La France insoumise ? Mécontente du sort de Lamia El Aaraje, protégée de la maire de Paris, la fédération PS de la capitale va probablement appeler ses représentants au Conseil national à voter contre l'accord, a indiqué Rémi Féraud, chef de la majorité socialiste au Conseil de Paris. Même son de cloche du côté d'Ariel Weil, maire de Paris Centre.

15h43 : Pas retenue de l'accord LFI/PS, la socialiste Lamia El Aaraje tiendra une conférence de presse vendredi matin @Le_Figaro

15h51 : L'éphémère députée PS de Paris Lamia El Aaraje, dont la candidature n'a pas été retenue dans le cadre de l'accord avec La France insoumise, doit s'exprimer vendredi matin sur ses intentions, indique une journaliste sur Twitter. Les deux partis se sont entendus sur la candidature de l'Insoumise Danielle Simonnet dans la 15e circonscription de Paris.

15h26 : La direction du #PS dit partager des objectifs programmatiques communs avec #Melenchon. Ce qui est la signature d’1 reddition. J’appelle les socialistes à refuser cet accord sous toutes les formes possibles que ce soit lors d'1 vote des militants ou au Conseil national ou autre

15h25 : De son côté, l'ancien premier secrétaire du parti Jean-Christophe Cambadélis dénonce une "reddition" de son parti face à La France insoumise et appelle les militants à refuser l'accord conclu avec les autres partis de gauche.

15h22 : La sympathie ne peut couvrir les désaccords. Ici se termine notre aventure commune. https://t.co/xQuJxGIUzl

15h21 : Claude Bartolone, ancien président socialiste de l'Assemblée nationale, laisse entendre sur Twitter qu'il quittera lui aussi le PS si l'accord avec La France insoumise est adopté demain par le Conseil national.

15h08 : Depuis que le PS a voté l'ouverture des discussions en vue d'un accord à gauche, une fronde s'organise en interne autour d'un courant minoritaire et de figures du parti. Nous revenons sur l'historique de ces dissensions dans un article.

14h49 : 📅 Enfin, les deux partis tiendront "un événement commun de lancement ce samedi 7 mai", qui était la date prévue pour la convention d'investiture des candidats de l'Union populaire en vue des 12 et 19 juin.

14h49 : L'un des points importants du programme, sur l'Europe : "Du fait de nos histoires, nous parlons de désobéir pour les uns, de déroger de manière transitoire pour les autres, mais nous visons le même objectif, être en capacité d’appliquer pleinement le prog. partagé de gvt"

14h48 : Un point diffère toutefois des communiqués précédents : les questions européennes et internationales, relève sur Twitter notre journaliste Thibaud Le Meneec.

14h47 : Le texte commun publié entre LFI et le PS est similaire en bien des points à ceux déjà mis en ligne après l'accord conclu avec EELV et le PCF : accord sur le nom de Jean-Luc Mélenchon pour un éventuel poste de Premier ministre, accord sur la revalorisation du Smic à 1 400 euros, sur la retraite à 60 ans, etc.

14h48 : Le Parti socialise et La France insoumise officialisent leur accord en vue des législatives par un communiqué commun. Le texte reste soumis à l'approbation interne des socialistes, prévue demain.

14h38 : Bonjour à tous les deux. Le Conseil national du PS, qui joue le rôle de parlement du parti, compte quelque 300 membres dont vous pouvez retrouver la liste ici (document PDF). Je dois vous avouer ne pas être un expert des arcanes socialistes et être bien incapable de faire un pronostic sur le résultat de la consultation. Je relève toutefois que 160 de ses membres s'étaient prononcés il y a un peu moins de deux semaines pour le dialogue avec LFI. Soixante-quinze membres avaient voté contre, 10 s'étaient abstenus, et 58 n'avaient pas pris part au vote.

14h30 : Bonjour pourriez m indiquer qui sont les membres du conseil PS qui vont se réunir demain ? Merci pour votre travail