Législatives : "Les Français ont la tête ailleurs", analyse Brice Teinturier, directeur général délégué d'Ipsos

Pour Brice Teinturier, directeur général délégué d'Ipsos, les Français ont seulement le sentiment que tout a été dit à la présidentielle, alors que se tient le premier tour des élections législatives le 12 juin.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Brice Teinturier, le 10 mai 2022. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

"Les Français ont très clairement la tête ailleurs", analyse Brice Teinturier, directeur général délégué d'Ipsos, jeudi 2 juin sur France Inter, concernant les élections  législatives des 12 et 19 juin. Selon son institut de sondage, les indicateurs d'intérêt et de participation potentielle sont "à des niveaux très bas" : 47% des Français déclarent s'intéresser vraiment à ces élections, tandis que l'abstention dépasse les 50%.

"On n'a pas le sentiment que l'ensemble des candidats font campagne", commente Brice Teinturier, pointant du doigt notamment "l'absence de Marine Le Pen", dont le parti, le Rassemblement national, "s'est mis en retrait" de cette campagne. "Il n'y a pas vraiment de campagne d'ailleurs. Ce n'est pas que les Français n'écoutent pas ou n'entendent pas, c'est que cette campagne est un non-objet", estime le directeur général délégué d'Ipsos. "Les Français ont seulement le sentiment que tout a été dit à la présidentielle", ajoute-t-il.

Malgré ce désintérêt, Brice Teinturier a identifié des sujets "qui préoccupent" et "intéressent" les Français comme "le pouvoir d'achat, l'environnement, et l'avenir du système de santé". Selon lui, il n'y a "pas de repli", "pas de disparition des idéologies", seulement un "affadissement", à travers trois blocs très marqués, celui du Rassemblement national, celui de Jean-Luc Mélenchon et celui d'Emmanuel Macron. "Je ne crois pas en la thèse de la dépolitisation générale des Français", conclut-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Elections législatives 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.