L'Assemblée nationale va lancer une mission d’information sur la manière de combattre l’abstention

Le vote électronique et la question de l'offre politique proposée aux citoyens seront notamment au menu de cette mission d'information. Le président de l'Assemblée, Richard Ferrand, envisage par ailleurs de lancer une réflexion avec des intellectuels et des sociologues. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les députés sur le départ après une session de l'Assemblée nationale, le 22 juin 2021. (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

Le président de l’Assemblée nationale a annoncé mardi 29 juin à la conférence des présidents la création d’une mission d’information sur la manière de combattre l’abstention à la fois dans ses raisons de forme et de fond, a appris franceinfo dans l'entourage de Richard Ferrand.

Cette annonce est confirmée par un communiqué. "L’Assemblée nationale doit prendre sa part dans la compréhension de l’abstention qui sape notre démocratie, et trouver des moyens pour renforcer l’expression citoyenne par le vote", selon ce communiqué. Cette mission "se nourrira dans un premier temps des travaux du groupe de travail sur les modalités d’organisation de la vie démocratique, créé par la commission des lois le 24 mars dernier".

"Redonner du sens au vote et d’en faciliter son expression"

La mission d'information "devra examiner, pour tous les scrutins, les moyens permettant de redonner du sens au vote et d’en faciliter son expression. Une consultation publique pourra être lancée dans ce cadre, afin de recueillir une parole plus directe des Français", indique également le communiqué de Richard Ferrand. Il souhaite que la réunion constitutive de cette mission se tienne "dès la semaine prochaine et qu’elle achève ses travaux à l’automne 2021". Les modalités du vote, comme le vote électronique, seront au menu de cette mission d'information, mais également la question de l'offre politique proposée aux citoyens.

Le président de l'Assemblée, Richard Ferrand, envisage de son côté de lancer une réflexion avec des intellectuels et des sociologues pour comprendre les ressorts de l’abstention qui frappe la France depuis des années.

Dès l'entre-deux-tours, Richard Ferrand avait dit son "trouble" et son "inquiétude" après l'abstention record au premier tour des élections régionales et départementales, et annoncé des "initiatives" à venir. Dans une prise de parole solennelle au début de la séance des questions au gouvernement mardi dernier, il a souligné que "jamais une élection, sous la Ve République, n'a connu un niveau de participation aussi faible" et un taux d'abstention au-delà de 65%. "Nous ne pouvons pas nous en tenir à des raisons conjoncturelles (…) L'abstention doit nous interroger et il nous appartient lucidement d'en identifier les ressorts", avait indiqué l'élu du Finistère.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Elections présidentielle et législatives 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.