Cet article date de plus de sept ans.

Un néonazi, un comique, un ex-résistant… Sept eurodéputés qui détonnent

Quelques-uns des 751 eurodéputés nouvellement élus présentent des profils pour le moins atypiques. Présentations. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Udo Voigt, le candidat du NPD, parti néonazi allemand, lors d'un meeting à Berlin (Allemagne), le 17 juin 2011. (MAXPPP)

Lisse, le Parlement européen ? Pas vraiment. Parmi les 751 eurodéputés élus entre le 22 et le 25 mai lors du scrutin européen, plusieurs présentent un profil atypique, loin des standards de leurs collègues. Passage en revue des profils les plus insolites. 

Un comique en Allemagne

Martin Sonneborn, la tête de liste du parti satirique Die Partei, le 13 septembre 2013 à Berlin (Allemagne).  (MAXPPP)

Nom Martin Sonneborn, 49 ans.

Profil Le farceur Martin Sonneborn l'assure : "Nous ne sommes pas les plus fous du Parlement." Pourtant, le programme de son parti parodique, Die Partei ("Le Parti"), fondé par d'anciens journalistes d'un magazine satirique, laisse songeur. Die Partei souhaite supprimer l'heure d'été "pour gagner une heure de sommeil" et construire un mur autour de la Suisse "car ils l'ont mérité", énumère Associated Press (en anglais). Les candidats ont fait campagne sur les formules "Oui à l'Europe, non à l'Europe""Merkel est moche" et "Merkel est grosse"

Signe particulier A peine élu, Martin Sonneborn s'est attelé à... préparer sa démission. Selon Slate, le comique veut occuper son siège pendant un mois, après quoi les 60 membres du parti opéreraient une rotation.

Un anti-tout en Pologne

Janusz Korwin-Mikke réagit après sa victoire aux élections européennes, le 25 mai 2014 à Varsovie (Pologne).  (MAXPPP)

Nom Janusz Korwin-Mikke, 71 ans.

Profil Le leader du parti polonais Nouvelle Droite va pouvoir tenter de mettre en œuvre son programme pour le moins décoiffant. Au cours de la campagne, Janusz Korwin-Mikke a (entre autres) promis de "vendre le site du Parlement européen" et d'"en faire un bordel". Cet anti-européen convaincu envisage aussi de retirer le droit de vote aux femmes et d'écarter les handicapés de la vie publique. Mais il semble s'être assagi, dès le lendemain de l'élection : il entend désormais "se battre pour rendre l'Europe plus normale"

Signe particulier Cet amateur de bridge - il a été membre de l'équipe polonaise - entretient un goût prononcé pour les nœuds papillon, de préférence colorés. 

Un ancien héros de la résistance en Grèce

Manolis Glezos, ancien résistant grec, donne un discours, le 3 mai 2012 à Athènes (Grèce). (LOUISA GOULIAMAKI / AFP)

Nom Manolis Glezos, 91 ans.

Profil C'est un symbole de la lutte grecque contre le nazisme qui entre au Parlement européen. Celui qui a décroché, en 1941, à 18 ans, le drapeau nazi de l'Acropole d'Athènes va désormais défendre son combat à l'échelle européenne. L'élu à la chevelure blanche souhaite obtenir de Berlin le remboursement du prêt forcé que la Grèce, vaincue, a dû verser au IIIe Reich en 1941, raconte La Croix. Engagé aux côtés du parti de gauche radicale Syriza, il veut aussi rompre avec l'austérité. 

Signe particulier Le doyen du Parlement européen ne peut plus prendre l'avion à cause d'anciennes blessures, selon Geopolis. C'est en bateau puis en train qu'il se rendra à Bruxelles.

Un néonazi en Allemagne

Nom Udo Voigt, 62 ans.

Profil Sur son affiche de campagne, accrochée devant le musée juif de Berlin, la tête de liste du parti d'extrême droite allemand NPD, tout de cuir vêtu, lâchait un grand "Mettre les gaz !". Un slogan douteux lorsqu'on connaît le profil de ce Berlinois, habitué des dérapages verbaux et des saillies racistes, rappelle Slate. En 2007, Udo Voigt a ainsi assuré sur un plateau télé qu'"au maximum, 340 000 personnes étaient mortes à Auschwitz" (en réalité, entre 1 et 1,5 million). Pour ce fils d'un ancien de la Section d'assaut (la SA, organisation paramilitaire des nazis), l'Europe "est le continent des Blancs, et doit le rester"

Signes particulier Le néonazi moustachu a eu souvent maille à partir avec la justice. Il a notamment été poursuivi pour révisionnisme et condamné, il y a dix ans, pour avoir qualifié Adolf Hitler de "grand homme d'Etat"

Une pirate en Allemagne

L'eurodéputée allemande Julia Reda lors de la convention du Parti pirate à Bochum (Allemagne), le 14 janvier 2014. (CAROLINE SEIDEL / DPA / AFP)

Nom Julia Reda, 27 ans.

Profil Diplômée en journalisme et en sciences politiques, l'Allemande sera la seule élue du Parti pirate au Parlement européen. Objectifs : porter haut et fort les idées du "parti de la révolution numérique". Selon Le Figaro, Julia Reda souhaite défendre "une Europe sans frontières" et prôner la culture numérique tout comme la mondialisation. Elle se dit toutefois opposée au traité transatlantique, au nom de la défense des libertés. 

Signe particulier A seulement 27 ans, cette militante de la première heure est l'une des plus jeunes élus du Parlement européen. Elle défend d'ailleurs le droit de vote dès 16 ans. 

Un amateur de chants de Noël au Danemark 

Le candidat du Parti du peuple danois, Morten Messerschmidt, savoure sa victoire à Copenhague (Danemark), le 25 mai 2014, après les élections européennes.  (MAXPPP)

Nom Morten Messerschmidt, 34 ans.

Profil La tête de liste du Parti du peuple danois (DF), une formation d'extrême droite anti-immigrés et eurosceptique, souhaite notamment rétablir les contrôles aux frontières à l'intérieur de l'UE. Mais hors de question, pour cela, de s'allier au Front national, qu'il met dans le même sac que le parti néonazi grec Aube dorée. Tout juste élu, Morten Messerschmidt a expliqué rechercher une alliance avec le Premier ministre britannique conservateur David Cameron, selon le Telegraph (en anglais)

Signe particulier Morten Messerschmidt vit avec sa compagne, une chanteuse danoise de 22 ans son aînée, dans une maison de bois installée dans un parc d'attractions. Ils ont enregistré un CD de chants de Noël, à découvrir ici

Une descendante du "Duce" en Italie

L'Italienne Alessandra Mussolini, petite-fille de Benito Mussolini, le 27 novembre 2013 à Rome (Italie). (MAXPPP)

Nom Alessandra Mussolini, 51 ans.

Profil Dix ans après avoir été élue pour la première fois, la petite-fille de Benito Mussolini (et nièce de Sofia Loren) retourne à Strasbourg. La blonde, tête de liste de Forza Italia, est une habituée des déclarations fracassantes, autant que du Botox. "Mieux vaut être fasciste que pédé", avait-elle lancé en 2006, après des accusations portées par un candidat transgenre. L'année d'après, son amalgame entre délinquants roms et Roumains avait provoqué l'éclatement du groupe présidé par le FN Bruno Gollnisch au Parlement européen, comme l'expliquait Le Monde (article abonnés)

Signe particulier Il n'y a pas que ses saillies qui provoquent un scandale. Alessandra Mussolini s'est aussi fait remarquer en 1983, pour avoir étalé sa plastique nue en une du magazine Playboy

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Elections Européennes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.