Élections européennes : l'eurodéputé Renew Bernard Guetta dit "regretter" que la majorité ne soit toujours pas en campagne

Publié
Durée de la vidéo : 10 min
Bernard Guetta, député européen du groupe Renew, était l'invité des "4 Vérités" sur France 2, vendredi 5 janvier.
Élections européennes : l'eurodéputé Renew Bernard Guetta dit "regretter" que la majorité ne soit toujours pas en campagne Bernard Guetta, député européen du groupe Renew, était l'invité des "4 Vérités" sur France 2, vendredi 5 janvier. (France 2)
Article rédigé par France 2 - G.Daret
France Télévisions
Bernard Guetta, député européen du groupe Renew, était l'invité des "4 Vérités" sur France 2, vendredi 5 janvier.

Alors que les prochaines élections européennes auront lieu en juin 2024, la majorité tarde à partir en campagne. "Je le regrette", a indiqué Bernard Guetta, député européen du groupe Renew, auquel appartiennent les eurodéputés de Renaissance ou du Modem, dans les "4 Vérités" sur France 2, vendredi 5 janvier. "Nous aurions déjà dû être en campagne", a estimé Bernard Guetta, avant d'ajouter : "Maintenant, il faut commencer le plus vite possible à être en campagne."

"Nous avons pensé collectivement qu'il suffisait d'entrer en campagne au printemps, parce que deux mois de campagne, ça suffit", a expliqué l'eurodéputé Renew, précisant : "Je ne le pensais pas pour ma part, mais j'étais très minoritaire." "Dans l'histoire, souvent, deux mois de campagne, ça suffit. Mais étant donné la situation internationale", il fallait partir en campagne plus tôt, a-t-il exposé.

Le RN en tête des sondages

Pour l'instant, le Rassemblement national (RN) caracole en tête des sondages pour ces élections européennes. Dans ce contexte, la majorité peut-elle battre le RN en juin prochain ? "Si on s'y met rapidement, oui, bien sûr, parce que nous avons les meilleurs arguments", a affirmé Bernard Guetta. Le député européen a par ailleurs estimé que Jordan Bardella, tête de liste du RN pour les européennes, "se trompe complètement" en présentant ces élections comme des élections de mi-mandat. "Il s'agit de décider de la nature de notre réponse collective aux défis qui nous menacent sur la scène internationale", a-t-il argué, citant le conflit au Proche-Orient, la guerre en Ukraine et "le retrait des États-Unis d'Europe".

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.