Désormais, le FN mise sur les élections régionales

Si les élections départementales n'ont pas permis au Front national de s'imposer, le scrutin des régionales devrait lui être plus favorable. Fabienne Simon explique pourquoi dans le Grand Soir 3.

FRANCE 3

Le Front national n'a remporté aucun département. Mais les dirigeants du parti frontiste lorgnent sur les élections régionales, prévues en décembre prochain. Ce scrutin devrait leur être plus favorable. "C'est un scrutin à très haut risque pour la gauche, qui a encore plus à perdre que pour les départementales : elle détient aujourd'hui 21 des 22 régions françaises", annonce d'abord Fabienne Simon, directrice générale adjointe de l'institut Ipsos. "Ensuite, compte-tenu de la réforme territoriale, ce seront désormais 13 régions un petit peu plus grandes, dans lesquelles les électeurs seront invités à voter, ce qui peut contribuer à nationaliser le scrutin et donc faire émerger un vote sanction plus massif", poursuit-elle.

"Rien n'est fait" pour Sarkozy en vue de 2017

"Enfin, c'est un scrutin proportionnel, avec une prime majoritaire, ce qui signifie qu'on sera sans doute dans des configurations de triangulaires dans toutes les régions, voire quadrangulaires en Corse. Le Front national peut espérer remporter les régions", conclut-elle sur les régionales.

Quant à Nicolas Sarkozy, présenté comme le grand gagnant des départementales, "rien n'est fait" à propos de la primaire UMP pour 2017. Fabienne Simon note qu'"un sondage hier montrait qu'à droite, le candidat que les électeurs appellent de leur voeu est plutôt Alain Juppé. Il ne faut pas perdre de vue non plus que les primaires, c'est inédit dans cette famille politique de la droite".

 

Le JT
Les autres sujets du JT
La présidente du FN Marine Le Pen, le 29 mars 2015 à Nanterre (Hauts-de-Seine).
La présidente du FN Marine Le Pen, le 29 mars 2015 à Nanterre (Hauts-de-Seine). (MIGUEL MEDINA / AFP)