"Cela aurait pu être bien pire" : les socialistes de Haute-Garonne encaissent le coup après leur score aux européennes

Dimanche, à la fédération du PS de Haute-Garonne, des militants clairsemés se sont réunis pour commenter les résultats. En creux, la déception, avec des leçons à tirer pour les prochaines élections.

Raphaël Glucksmann, le 6 avril 2019 à Toulouse.
Raphaël Glucksmann, le 6 avril 2019 à Toulouse. (PASCAL PAVANI / AFP)

Dans la vieille maison socialiste, les militants étaient peu nombreux dimanche 26 mai devant l’écran géant de l’immense salle de réunion de la fédération du PS de Haute-Garonne, à Toulouse, pour commenter les résultats des élections européennes. La liste PS-Place publique conduite par Raphaël Glucksmann a obtenu 6,19% des voix. Les militants toulousains ont encaissé le coup de ce score faible, et sans se donner le mot, se sont pris à espérer d’un nouveau congrès d’Epinay pour les plus optimistes, ou d’une reconstruction d’une fédération de la gauche.

>> Résultats, réactions : suivez les dernières informations au lendemain des élections européennes

Déborah, jeune militante socialiste, veut rester positive : "Cela aurait pu être bien pire, mais on s’en sort bien, souffle-t-elle. Il y a eu des départs vers Génération.s [le mouvement de Benoît Hamon]… On fait à peu près le même score qu’aux présidentielles, avec des militants en moins."

Cela nous encourage à continuer, nous battre pour nos valeurs, revenir aux fondamentaux, sans oublier les combats sociaux et pour la démocratie.Déborahà franceinfo

Pierre, autre jeune militant, se désole d’une gauche éparpillée : "On peut regretter la fragmentation du vote à gauche : on ne peut pas se résoudre à voir que trois points par ci et là ne donnent rien. Il y a des leçons à tirer pour les prochaines élections. Par exemple, ceux qui sont partis à Génération.s nous ont quittés il y a peu : il faut les inviter à revenir à la maison." Et la reconstruction commence ici dès les prochaines municipales, avec une union de la gauche obligatoire pour envisager l’alternance dans la ville rose.

Les socialistes de Haute-Garonne encaissent le coup après leur score aux européennes - Stéphane Iglésis
--'--
--'--