Elections municipales : duel gauche-droite à Marseille

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 12/03/2014Durée : 00h48

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Grâce à cela, il a pu faire valoir ses droits à la retraite et toucher un bonus de 100.000 euros. Pour les élections municipales à Marseille, c'est un duel gauche-droite. D'un côté, le maire sortant, Jean-Claude Gaudin et de l'autre, Patrick Mennucci pour le PS. La gauche part en ordre dispersé. Et se dispute l'électorat populaire.

Ils sillonnent les quartiers avant la dernière ligne droite. Les militants du Front de gauche et leur candidat, Jean-Marc Coppola.

Vous êtes bien là.

Très bien.

La cible : l'électorat populaire, les oubliés. Comme ici dans les quartiers nord.

La République a abandonné un certain nombre de Marseillais. Dés quartiers déshérités en transports collectifs, avec des logements indécents. Comment peut-on imaginer ça dans la 2e ville de France et la 5e puissance mondiale ? C'est inacceptable.

Aller là où les autres n'ont peut-être pas mis les pieds. Occuper le terrain, une stratégie pour exister, derrière le duel Gaudin-Mennucci.

Le maire sortant refuse tout débat politique. C'est système contre système. La parole citoyenne est oubliée.

La campagne, c'est lui qui en donne le tempo. Jean-Claude Gaudin, 74 ans, porté par des sondages favorables. Il se présente comme le candidat du changement après 18 ans de mandat.

Vous avez vu que Marseille a changé ? C'est nous qui avons fait le changement complet de Marseille. Je ne vois pas pourquoi on ne continuerai pas.

Peut-être parce que le bilan du maire sortant est la cible de toutes les critiques. A commencer par celles de Patrick Mennucci. Le socialiste a déjà fort à faire dans son propre camp. Rancunes de la primaire et constitution des listes.

Quand vous avez une chaussure de 43 et que vous devez faire entrer du 45, c'est toujours un peu difficile. Vous constaterez que les choses ont été faites. C'est une liste de rassemblement.

Patrick Mennucci ne pourra pas gagner seul. Il aura besoin des électeurs de cet homme : Pape Diouf. L'invité surprise de la campagne. Sa liste présentée comme un collectif citoyen est courtisée. L'ancien président de l'Olympique de Marseille joue l'indépendance.

Si Jean-Claude Gaudin souscrit à 100 % à notre programme, et qu'il fait exactement ce que nous voulons faire, c'est un Marseillais comme un autre.

Et que feront les candidats du Parti radical de gauche ? Présents dans 5 des 8 secteurs où se joue l'élection. A leur tête, un médecin, Jacques Soubeyrand. Le Front de gauche joue carte sur table. En cas de duel Gaudin-Mennucci, ils soutiendront le socialiste mais ils lui lancent un avertissement.

On s'est débarrassé de Sarkozy, Mennucci nous débarrassera de Gaudin Et Mennucci il faudra le surveiller comme on surveille Hollande.

Lui aussi, tout le monde le surveille. Stéphane Ravier, candidat du Front national, à plus de 15 % dans les sondages. Sa stratégie : la sécurité.

La sécurité conditionne tout le reste. Sinon les Marseillais ne reprennent pas possession du centre-ville, il y a moins de consommation.

Qui sera le prochain locataire de la mairie ? Quelles alliances ? Combien d'abstentionnistes ?.

Le JT
Les autres sujets du JT