Cet article date de plus de neuf ans.

Sarkozy et la crise : du "plan de relance" au "plan de rigueur"

Pour combler le déficit public de la France, des élus de la majorités se sont prononcés jeudi 27 octobre pour une hausse de la TVA. Mais la France n'a pas toujours défendu l'austérité.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le ministre de l'Economie et des Finances, François Baroin, répond aux députés dans le cadre des questions au gouvernement, mardi 25 octobre.  (AFP)

L'idée d'augmenter la TVA pour combler le déficit public fait son chemin dans la majorité. Si rien n'est "tranché", a assuré jeudi 27 octobre le ministre de l'Economie François Baroin, cette mesure permettrait de combler le manque à gagner de 9 milliards d'euros issu de la révision à la baisse des prévisions de croissance pour 2012. 

Tout autant symbolique, elle entérinerait le virage à 180 degrés opéré par Nicolas Sarkozy dans sa politique de lutte contre la crise. Après avoir expérimenté le "plan de relance", le France se tourne, comme ses voisins européens, vers "le plan de rigueur".

FTVi vous explique l'austérité en détail.

Du "président du pouvoir d'achat" à la taxe sur la consommation

Plan de relance 2008 -  Dès les premiers mois de la crise économique, Nicolas Sarkozy privilégie l'investissement à l'austérité. En décembre 2008, il annonce un plan de relance chiffré à "26 milliards d'euros sur deux ans" chargé de maintenir l'économie française à flot… quitte à creuser le déficit.

Plan de rigueur 2011 - Si la hausse de la TVA est entérinée, tous les Français contribueraient à l'effort budgétaire exigé par les agences de notation. Le "président du pouvoir d'achat", hostile à l’augmentation des impôts, a revu sa copie. Aucun secteur n'est à l'abri des "coups de rabot" validés mardi 25 octobre par les députés, dans le cadre du vote du projet de loi de finance pour 2012. La chasse aux niches fiscales est ouverte, avec pour objectif un butin de 2,4 milliards l'an prochain. 

Du bouclier fiscal à la taxe sur les hauts revenus 

Plan de relance 2008 - Mesure phare du quinquennat de Nicolas Sarkozy, le bouclier fiscal a suscité moult débats au moment de mettre en œuvre le plan de relance de 2008. Certains députés UMP craignaient que cette mesure, qui plafonne l'imposition sur le revenus à 50 %, ne creuse le déficit. Il a été maintenu… jusqu'au mois de juin 2011.

Plan de rigueur 2011 - En juin, l'Assemblée vote à l'unanimité l'abrogation du bouclier fiscal. En contrepartie, l'impôt sur la fortune (ISF) est allégé. Surtout, les députés votent le 19 octobre une taxe exceptionnelle sur les hauts revenus. Cette disposition touche 25 000 foyers et devrait rapporter 410 millions d'euros à l'Etat. 

Des primes aux taxes tous azimuts

Plan de relance 2008 - La prime à la casse, mise en œuvre pour relancer le secteur automobile, a incarné la politique d'investissement post-crise. En offrant aux acheteurs d'un véhicule neuf et "propre" une prime de 1 000 euros (réduite de moitié à l'issue de ses deux ans d'application) en échange de leur ancien modèle de plus de dix ans, le dispositif a enregistré près d'1,2 million de véhicules vendus en deux ans. Il devait coûter 220 millions d'euros à l'Etat ; il en aura coûté un milliard

Plan de rigueur 2011 - La "taxe soda" illustre parfaitement le régime forcé appliqué aux consommateurs. Votée le 21 octobre, la taxation de 2 à 33 cents par canette, étendu aux boissons "light", devrait rapporter à l’Etat 240 millions d’euros de recettes supplémentaires en 2012. Economes, il faudra être vertueux : le tabac mais aussi les alcools forts, dont la taxe a été votée jeudi 27 octobre par l'Assemblée vont augmenter. 

En août, les anciens premiers ministres Jean-Pierre Raffarin et Dominique de Villepin ont obtenu du gouvernement le retrait de la proposition d'une "taxe Walt Disney", partisante d'une augmentation de la TVA sur les billets d'entrée des parcs d'attractions. 

De l'accession à la propriété à la taxation des plus-values immobilières

Plan de relance 2008 - Construction de logements sociaux, rénovation… Le gouvernement a investi dans le bâtiment pour relancer l'économie. Côté portefeuille des ménages, le montant du prêt à taux zéro est doublé pour les primo-accédants. Par ailleurs, une aide supplémentaire et exceptionnelle de 50 millions d'euros est mise en place pour aider les collectivités locales à réaliser des opérations en "Pass-Foncier".

Plan de rigueur 2011 - La taxation des plus-values immobilières devrait rapporter 2,2 milliards d'euros à l'Etat en 2012. Le projet de loi de finances prévoit aussi l'exclusion du prêt à taux zéro des primo-accédants faisant partie des 10 % de contribuables aux revenus les plus élevés.

Les heures sup' défiscalisées, puis refiscalisées

Plan de relance 2008 - Exonération totale des charges pour les entreprises de moins de dix salariés qui embaucheront au Smic en 2009, nouveaux investissements exonérés de taxe professionnelle et remboursement des dettes de l'Etat aux entreprises, soit 11 milliards d'euros. 

Plan de rigueur 2011 - Fin de la défiscalisation des heures supplémentaires, mesure phare du "travailler plus pour gagner plus", avec un retour sur les exonérations de cotisations sociales dont bénéficient les heures sup' depuis 2007. 

Interrogé à la télévision en prime time par les journalistes Yves Calvi et Jean-Pierre Pernaut jeudi 27 octobre, le président de la République devra expliquer aux Français sa politique de lutte contre la crise de la dette au lendemain de l'accord européen sur le sauvetage de la zone euro. L'Elysée a déjà promis un exercice "pédagogique"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Votre argent

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.