Interruption de service chez Visa : la France épargnée grâce à... Pierre Bérégovoy

Alors que la société Visa a annoncé vendredi être confrontée à une "interruption de service" empêchant "certaines transactions" en Europe, le souci technique ne touche pas la France grâce à une protection nationale renforcée mise en place en 1984 par Pierre Bérégovoy, alors ministre de l'Économie.

Une carte bancaire Visa (illustration).
Une carte bancaire Visa (illustration). (DENIS CHARLET / AFP)

La société de services de paiement Visa a annoncé vendredi 1er juin être confrontée à une "interruption de service" empêchant "certaines transactions" en Europe. Les paiements par cartes sont affectés au Royaume-Uni et en Allemagne notamment, mais pas les retraits d'argent liquide.

Sauf que ce souci technique ne touche pas la France. Pourquoi notre pays est-il épargné? Grâce à une protection nationale renforcée que les Français doivent à Pierre Bérégovoy qui, en 1984, alors qu'il est ministre de l'Economie, décide de doter le pays d'un système de paiement bancaire sécurisé "national", le fameux CB pour "carte bancaire".

Seuls les paiements à l'étranger via internet impactés

Grâce à ce système, quelle que soit la carte internationale dont le client est titulaire (Visa, Mastercard ou American Express), s'il paye en France, c'est le système CB qui est utilisé. À l'étranger par contre, sa carte utilise la marque de paiement internationale à laquelle il a souscrit, c'est ce que l'on appelle le "co-badge", grâce auquel les titulaires de cartes Visa en France ne sont pas impactés par l'actuelle interruption de service.

En revanche, si un titulaire de carte bancaire utilise sa carte Visa pour acheter sur Internet sur un site étranger, il pourrait avoir des difficultés à payer.

En France, les CB sont majoritaires, on en compte 65 millions, soit 90 % des cartes bancaires en circulation.

Interruption de service chez Visa : la France épargnée. Les explications de Benjamin Mathieu
--'--
--'--