Éco : les frais bancaires plus encadrés

Un accord a été conclu entre les banques et le gouvernement pour qu'elles s'engagent à limiter les frais d'incident bancaire pour les plus fragiles. Une mesure attendue, mais les associations d'usagers sont critiques.

France 2

Chèques rejetés, prélèvements invalidés, commissions diverses et variées... Les Français sont régulièrement confrontés aux frais bancaires. Pour les encadrer, les banques et le gouvernement viennent de trouver un accord. Désormais, les frais d'incident bancaire ne pourront plus dépasser 20 € par mois et 200 € par an pour les clients les plus fragiles. Si les banques ne jouent pas le jeu, Bruno Le Maire menace de légiférer : "Je suis confiant que ces engagements seront tenus. La réponse législative? C'est uniquement si la fédération bancaire française et les différentes banques concernées ne tiennent pas leur engagement", a-t-il déclaré.

375 000 bénéficiaires

Plafonner les frais bancaires pour les plus modestes est un premier pas positif, mais largement insuffisant selon les associations de consommateurs. "C'est une bonne mesure, mais elle ne va pas assez loin. D'une part, le plafonnement reste élevé parce qu'on parle de populations fragiles et d'autre part nous réclamons un plafonnement général qui s'applique à tous les consommateurs", précise Sandrine Perrois, juriste de l'association CLCV. Aujourd'hui, les clients bénéficiaires de cette mesure sont 375 000 alors que selon les associations, 3,6 millions de personnes pourraient en profiter.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le secteur bancaire français s\'est engagé, le 3 septembre 2018, à plafonner à 200 euros par an les frais d\'incident pour les publics fragiles.
Le secteur bancaire français s'est engagé, le 3 septembre 2018, à plafonner à 200 euros par an les frais d'incident pour les publics fragiles. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)