Cet article date de plus de cinq ans.

4 Vérités : Patrick Artus met en garde sur la prochaine crise

Publié
Durée de la vidéo : 8 min.
4 Vérités : Patrick Artus met en garde sur la prochaine crise
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

L'économiste est l'invité des 4 Vérités. L'auteur de "La folie des banques centrales" s'exprime sur la situation précaire des bourses depuis le début de l'année.

Auteur de "La folie des banques centrales", ouvrage qu'il cosigne avec Marie-Paul Virard, Patrick Artus est l'invité des 4 Vérités ce vendredi 15 janvier. En sous-titre de son livre, l'économiste prévient : "Pourquoi la prochaine crise sera pire". Selon lui, il y a une très problématique "incohérence des politiques qui ont été menées par les banques centrales" que sont la Banque centrale européenne, la réserve fédérale américaine, la banque d'Angleterre...

Ces banques créent de la monnaie ensuite utilisée par les citoyens. "Ceci créé une grande déstabilisation", explique Patrick Artus, car cette "énorme monnaie" est ensuite utilisée sur les marchés de façon très inconstante. De là à redouter un krach boursier dû aux bulles ? Les précédentes explosions des bulles de l'internet (2001) et de l'immobilier (2007-2008) ont fait des ravages. "La prochaine explosion de bulle - qui est peut-être là - sera beaucoup plus grave parce que la masse de monnaie qui peut se promener est beaucoup plus importante", poursuit l'invité de France 2.

"On ne peut pas résister tout seul"

"Fondamentalement, l'économie européenne ne va pas si mal", note tout de même Patrick Artus. Mais dans le reste du monde, plusieurs pays sont en difficulté : la Chine, les grands pays émergents comme le Brésil, les pays exportateurs de pétrole (Russie, Nigeria, Moyen-Orient)... "L'Europe est toute seule au milieu d'un vaste monde qui va mal. On ne peut pas résister tout seul", déclare l'économiste. Dès lors, la prudence serait de conserver ses économies en attendant une période moins risquée pour investir.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.