Cet article date de plus de cinq ans.

Vêtements avec des substances chimiques : "La réglementation se renforce mais ça ne suffit pas"

Un responsable de l'Anses, à l'origine de l'étude sur la présence de substances chimiques dans des vêtements, précise sur franceinfo que les "substances allergisantes peuvent persister voire apparaître après le lavage".

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Une boutique de vêtements (photo d'illustration) (JULIO PELAEZ / MAXPPP)

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a publié mercredi 4 juillet un rapport concernant les substances chimiques présentes dans les vêtements et les chaussures. Une trentaine de vêtements et une quinzaine de paires de chaussures contiennent des colles, des colorants mais aussi des dérivés du chrome et du nickel, entre autres. "Les risques pour la santé sont donc de développer des réactions cutanées à chaque fois que la personne sera à nouveau exposée à la substance, avec le risque que les manifestations s'aggravent", a indiqué, sur franceinfo, Christophe Rousselle chef de l'unité d'évaluation des substances chimiques au sein de l'Anses.

franceinfo : Quels sont les risques pour la santé quand on porte des vêtements qui comportent ces substances ?

Christophe Rousselle : Notre travail a été initié à la suite de signalements d'allergies ou d'irritations cutanées, c'est-à-dire que des consommateurs se sont plaints de réactions au niveau de la peau. C'est ce qui a guidé la recherche de ces substances et nous avons donc fait un focus sur des substances connues pour leurs effets irritants ou sensibilisants, qui peuvent entraîner des allergies. Les risques pour la santé sont donc de développer des réactions cutanées.

Vous préconisez de laver systématiquement les vêtements neufs avant de les porter. Est-ce que ça veut dire qu'une fois qu'ils ont été lavés une fois, il n'y a plus de risque ?

Malheureusement non. C'est efficace pour un grand nombre de substances. Nous avons fait des essais avant et après lavage donc nous avons pu montrer qu'effectivement, après le premier lavage, certaines substances préoccupantes sont éliminées. Pour autant, ça ne suffit pas à garantir l'absence complète de substances préoccupantes. On a pu observer que des substances allergisantes peuvent persister voire apparaître après le lavage. La préconisation qu'on fait est une recommandation importante pour éviter l'exposition au maximum à des substances préoccupantes mais ça ne suffit pas.

Le plus simple ne serait-il pas d'interdire ces substances ?

Il y a déjà un certain nombre de préconisations réglementaires qui visent à limiter notamment les substances cancérogènes dans les textiles. Des travaux sont en cours au niveau européen pour limiter les substances sensibilisantes et irritantes dans les textiles. La réglementation se renforce donc mais ça ne suffit pas. On a par exemple constaté que, concernant le chrome VI qui est une substance sensibilisante et cancérogène, le seuil réglementaire ne permettait pas de protéger les personnes qui sont sensibles. On a pu voir des effets chez ces personnes allergiques au chrome VI alors que le vêtement et la chaussure étaient réglementairement conformes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.