INFO FRANCE INTER. Produits chimiques dans les vêtements : l'Anses recommande un étiquetage sur les risques d'allergies

Une dizaine de substances pouvant entraîner des problèmes de santé ont été repérées par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail.

Photo d\'illustration.
Photo d'illustration. (SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Dans un rapport publié mercredi 4 juillet, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) recommande un étiquetage sur la présence potentielle de substances allergènes dans les vêtements et les chaussures.  

Une dizaine de substances suspectes

Les vêtements et chaussures contiennent des colles, des colorants, mais aussi des dérivés du chrome et du nickel dans les boutons et les fermetures, entre autres substances chimiques. Les experts de l'Anses, saisis en 2014 après des plaintes pour des allergies et irritations cutanées, ont analysé 25 vêtements achetés dans des magasins. Ces sous-vêtements, jeans, leggings et 14 paires de chaussures, qui avaient fait l'objet d'une plainte de consommateurs ont été examinés. "Au final, on a une dizaine de substances, qui pour nous, peuvent entraîner des problèmes de santé pour les consommateurs", indique Christophe Rousselle, chef de l'évaluation des risques liés aux substances chimiques à l'Anses. L'Agence de sécurité recommande un étiquetage sur les risques d'allergies comme il en existe pour les cosmétiques et les aliments. "S'ils ne peuvent pas limiter les substances, a minima, qu'elles soient indiquées via un étiquetage ou un document à proximité de l'article pour que les personnes sensibles à ces substances soient informées", conseille Christophe Rousselle.  

Outre cet étiquetage, l'Agence nationale de sécurité sanitaire recommande également de laver le linge neuf avant la première utilisation. Néanmoins, le lavage n'élimine pas toutes les substances nocives, et peut même libérer des substances à risques pour les peaux fragiles. C'est notamment le cas de la PDD (paraphénylènediamine), présente dans 20% des vêtements testés.

Vêtements : l'Anses recommande un étiquetage sur les risques d'allergies en raison de la présence de produits chimiques - un reportage de Sandy Dauphin
--'--
--'--