Cet article date de plus d'un an.

Vidéo La ligne de train Bordeaux-Lyon relancée par des sociétaires

Publié
La société coopérative Railcoop a racheté des rames afin de relancer une ligne de train éteinte depuis plusieurs années: la Bordeaux-Lyon. Un moyen de redynamiser certains villages enclavés par le manque de transport. -
VIDEO. La ligne de train Bordeaux-Lyon relancée par des sociétaires La société coopérative Railcoop a racheté des rames afin de relancer une ligne de train éteinte depuis plusieurs années: la Bordeaux-Lyon. Un moyen de redynamiser certains villages enclavés par le manque de transport. - (Brut.)
Article rédigé par Brut.
France Télévisions
La société coopérative Railcoop a racheté des rames afin de relancer une ligne de train éteinte depuis plusieurs années: la Bordeaux-Lyon. Un moyen de redynamiser certains villages enclavés par le manque de transport.

Ce train va nous servir à recréer la liaison ferroviaire Bordeaux-Lyon via le Massif central, via Limoges et Montluçon, à la fois pour des raisons écologiques, la liaison Bordeaux-Lyon en avion, c’est la première liaison radiale française en termes de nombre de passagers, mais aussi pour des raisons économiques: on va passer par la Creuse, par la Dordogne, par l’Allier”, explique Nicolas Debaisieux, directeur général de Railcoop. Cette société coopérative d’intérêt collectif a pour objectif de relancer la ligne de train reliant Bordeaux à Lyon. “On va se positionner sur des segments qui sont économiquement viables, qui sont rentables, mais la richesse qu’on va créer doit avoir un intérêt social et sociétal, et la mission qu’on s’est fixée, c’est renforcer l’usage du ferroviaire sur tous les territoires pour contribuer à la transition écologique”, ajoute le directeur.

“Cet enclavement, il doit s’arrêter”

Grâce aux dons des sociétaires, ils ont pu racheter des rames, afin de les rénover. “Ce sont des rames qui ont une vingtaine d’années, et elles peuvent durer encore une vingtaine d’années, donc elles vont être complètement refaites”, montre Nicolas Debaisieux. 

Leur volonté est aussi de relier certaines communes, isolées à cause du manque de transports. C’est le cas de Gannat. “D’avoir la gare qui ouvre quand on est maire d’une ville, c’est quand même important, parce qu’une gare est un élément moteur. Moi, j’ai été élue maire en 2014. Depuis les années 2000 et jusqu’en 2015, on avait le Bordeaux-Lyon qui passait par Gannat et petit à petit, on l’a laissé partir, s’éteindre, s’endormir, sans que personne ne s’en rende compte et avec ce vrai sentiment qui existe de population de deuxième classe. Cet enclavement, il doit s’arrêter”, pense Véronique Pouzadoux, maire de Gannat.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.