Transports : le vélo continue de s'imposer après les grèves

Les grèves de décembre ont eu une conséquence inattendue en Île-de-France. Nombreux sont celles et ceux à avoir redécouvert les joies du vélo pour aller travailler. Un loisir devenu leur nouveau moyen de transport.

FRANCE 2

Ils sont de plus en plus nombreux à partir au boulot en vélo. On les appelle les "vélotafeurs". Un défi que beaucoup pensaient difficile à relever. Les équipes de France 2 ont suivi deux usagers de la petite reine. Ils ont pris le vélo pendant les grèves et ne l'ont plus lâché. L'un utilise un vélo de course, l'autre un vélo électrique. À 8 heures du matin à La Celle-Saint-Cloud (Yvelines), Blaise Vignon se prépare à faire 20 km pour rejoindre son travail à Paris. "Il y en a pour une heure à peu près", estime-t-il.

Un gain de temps et des parcours agréables

Deux mois auparavant, il prenait un train et deux métros, et mettait dix minutes de moins. Il s'est préparé au vélo en prévision des grèves, avant d'affronter la circulation. De son côté, Mickaël Doré, parti de Clamart (Hauts-de-Seine), est déjà à Paris, qu'il doit traverser. Il l'avoue, les premières semaines ont été un peu dures. "Maintenant, ça fait partie de mon quotidien, je prends le vélo cinq jours sur sept", explique-t-il. Son trajet est long de 18 km, et il met 45 minutes au lieu de 1h15 en transports.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un vélo est disponible dans une station de vélib à Paris, le 12 mars 2018.
Un vélo est disponible dans une station de vélib à Paris, le 12 mars 2018. (DAVID SEYER / CROWDSPARK / AFP)