Transport : le flop des vélos en libre-service

À cause des actes de vandalisme et du coût trop élevé de la maintenance, des vélos en libre-service ont été retirés de Lille (Nord), de Reims (Marne) et de Bruxelles (Belgique).

Voir la vidéo
Francetv info

Plus de selle, des rayons abîmés, difficile de trouver un vélo en libre-service en bon état dans le centre-ville de Lille (Nord). Compliqué de trouver un vélo vert en état de fonctionnement. Nombreux sont les usagers à en faire l'amère expérience. À cause des actes de vandalisme, trois mois après le lancement des vélos géolocalisés GoBee Bike, ces derniers ont été retirés de Lille, de Reims (Marne) et de Bruxelles (Belgique).

Une cible facile

Le retrait a été décidé à cause du nombre important de dégradations et des coûts de maintenance trop élevés. Comme les vélos sont géolocalisables, on peut les voir sur l'application barboter dans les fleuves et les canaux de nos grandes villes. Dans le canal Saint-Martin à Paris, on a retrouvé une centaine de Vélib' lors de la dernière vidange en 2016. C'était avant l'arrivée de ces vélos qu'on pose où on veut et qui sont donc une cible plus facile à renverser ou à abîmer.

Des vélos Gobee.bike au sol, à Paris, le 21 novembre 2017.
Des vélos Gobee.bike au sol, à Paris, le 21 novembre 2017. (MAXPPP)