Périphérique parisien : "L’Île-de-France n'est pas prête à ce qu'on réduise d'une voie la circulation" prévient Valérie Pécresse

"C'est un chemin qu'empruntent des centaines de milliers de Franciliens, Parisiens ou banlieusards", insiste Valérie Pécresse, intérogée sur un rapport sur le périphérique parisien.

franceinfo

Valérie Pécresse (LR) s'est montrée critique envers le rapport sur le périphérique, rédigé par des élus parisiens de toutes tendances politiques. Cette étude, qui sera remise le 21 mai à la maire de Paris Anne Hidalgo propose notamment de réduire à 50 km/h la vitesse sur le périphérique et d'en limiter le nombre de voies. "Aujourd'hui, l'Ile-de-France n'est pas prête à ce qu'on réduise d'une voie la circulation sur le périphérique", a réagi vendredi 3 mai sur franceinfo la présidente de la région Île-de-France.

Je n'ai qu'une seule crainte aujourd'hui, c'est que les municipales à Paris se traduisent par un concours Lépine de l'égoïsme parisien

Valérie Pécresse

"Le concours Lépine de l'égoïsme parisien, a poursuivi Valérie Pécresse, c'est de considérer que le périphérique appartient aux Parisiens et à la mairie de Paris. Factuellement c'est vrai, c'est dans l'emprise de la ville de Paris. Mais la vérité, c'est que c'est un chemin qu'empruntent des centaines de milliers de Franciliens, Parisiens ou banlieusards qui n'ont pas d'autre choix que de prendre leur voiture.

Pour la présidente de la région Île-de-France, la solution viendra d'une "révolution des transports en commun. Parce que si vous voulez supprimer la place de la voiture ou la réduire, il faut d'abord des transports en commun." Valérie Pécresse explique qu'il "faut ,sur ces questions de transports, de circulation, avoir une vision d'ensemble."

Valérie Pécresse, invitée de franceinfo le 3 mai 2019.
Valérie Pécresse, invitée de franceinfo le 3 mai 2019. (CAPTURE D'ÉCRAN)