Taxation des billets d'avion : il faut qu'ils "soient parfois plus chers pour refléter leur coût environnemental", déclare Clément Beaune

Le ministre des Transports appelle également à une taxation européenne du kérosène.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Clément Beaune, ministre délégué chargé des Transports, était lundi 21 août l’invité du 8h30 franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Le ministre des Transports, Clément Beaune, assume sur franceinfo lundi 21 août vouloir mobiliser les "modes de transports les plus polluants et carbonés, à savoir la route et l'avion", pour "financer l'investissement dans la transition écologique", avec des billets "parfois un peu plus chers pour refléter leur coût environnemental".

>> Transports : en cas de nouvelle taxe, "il faut s'attendre à une nouvelle augmentation des billets d'avion", estime le président de l'Union des aéroports français

"Il y a une discussion sur la taxation des sociétés d'autoroute et des billets d'avion" pour financer notamment le secteur ferroviaire, afin d'"avoir des billets de trains moins chers", précise-t-il. Ces nouvelles taxes sont encore en discussion, les mesures fiscales qui figureront au budget 2024 devant être présentées fin septembre.

"Il y a déjà une éco-contribution sur les billets d'avion. L'idée est de la renforcer, j'y suis favorable", indique Clément Beaune, qui souhaite que "le billet d'avion soit parfois un peu plus cher pour refléter son coût environnemental". Le ministre des Transports plaide pour une taxation différenciée, "selon le pouvoir d'achat des passagers et la distance, donc de l'impact écologique : ce n'est pas pareil de taxer un petit vol, une fois par an, pour aller voir la famille pas trop loin, et un grand vol international en première classe", précise-t-il.

Pour autant, le ministre des Transports n'est pas favorable à ce que seule la France taxe le kérosène, utilisé dans l'aviation, qui est aujourd'hui exempté. "Il faut taxer au niveau européen" car cela "a plus d'impact", estime Clément Beaune. "Ça ne sert à rien de taxer les compagnies françaises si les autres ne font pas d'efforts, tacle-t-il.

"Je suis très vigilant à ce que nos aéroports ne soient pas les dindons de la farce."

Clément Beaune, ministre des Transports

à franceinfo

"Il y a aussi une discussion sur la taxation des sociétés d'autoroute", précise Clément Beaune, "pour financer la transition écologique". Le ministre des Transports, qui juge "essentiel de préserver le pouvoir d'achat", prévient cependant qu'il n'est pas question que cette taxe ait "un impact sur les péages", car leur prix est juridiquement fixé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.