Cet article date de plus de quatre ans.

SNCF : voyage au cœur de la petite ligne des Cévennes

Publié
Durée de la vidéo : 5 min.
SNCF : voyage au cœur de la petite ligne de Cévennes
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

Plusieurs milliers de kilomètres de petites lignes pourraient bientôt disparaître au profit des bus. Alors que le gouvernement renvoie la balle aux régions, France 3 part à la rencontre des usagers du train des Cévennes. 

Il transporte 170 passagers par jour, entre Nîmes et Clermont-Ferrand : nous sommes à bord d'une des petites lignes TER régulièrement menacées, car trop peu rentables. Depuis le 1er janvier, c'est la région Occitanie qui en assure la gestion. Ce jour-là, la fin du trajet se fera en car, car il y a des travaux sur la ligne. Après de 2h15 de trajet, terminus devant la gare de Langogne, où nous retrouvons le maire, Guy Malaval ardent défenseur de la ligne des Cévennes et plutôt amer vis-à-vis de la SNCF. "Le car ne pourra jamais remplacer le train des Cévennes", assure-t-il.

Déficit d'exploitation de 4,5 millions d'euros par an

Un constat partagé par l'ensemble des usagers que nous avons rencontrés. Depuis le 1er janvier, l'État a donc confié à la région Occitanie la gestion du train des Cévennes, tout en continuant à prendre en charge son déficit d'exploitation : 4,5 millions d'euros par an jusqu'en 2022. Mais la région espère que l'engagement de l'État se poursuivra après.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.