SNCF : pour les syndicats, la ligne rouge est franchie

Toutes les fédérations de cheminots craignaient la méthode de réforme par ordonnances annoncée par Édouard Philippe. Vont-ils mettre leur menace de conflit majeur à exécution? Le point avec Béatrice Gelot.

Cette vidéo n'est plus disponible

Les syndicats de cheminots vont-ils mettre leur menace de conflit majeur à exécution, suite à l'annonce par Édouard Philippe de recourir aux ordonnances dans la réforme de la SNCF ? Pour Béatrice Gelot, cela ne fait aucun doute, "car dès demain, la CFDT Cheminots va proposer lors d'une grande réunion avec les autres syndicats une grève le 12 mars, jour des 80 ans de la SNCF pour, disent-ils, 'réagir aux 'provocations du gouvernement'". Les syndicats avaient prévenu : le recours aux ordonnances et le statut des cheminots étaient les lignes rouges à ne pas franchir. Visiblement, l'exécutif n'a pas entendu ce message. 

Un vote à l'Assemblée avant l'été

Comme pour la loi Travail, le gouvernement semble vouloir aller vite. "Pour le moment, il va utiliser les ordonnances simplement sur les aspects techniques de cette réforme", précise la journaliste. "Mais ce lundi 26 février au matin, Édouard Philippe a prévenu : si les syndicats confisquent les débats, il prendra ses responsabilités. Sous-entendu : recours aux ordonnances sur la totalité de la réforme." Le gouvernement veut aller vite. Il souhaite une adoption à l'Assemblée avant l'été.   

Le JT
Les autres sujets du JT
Un cheminot grèviste.
Un cheminot grèviste. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)